«Ma plus belle col­la­bo­ra­tion, c’était Ben Har­per»

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Le Journal De L’été -

C’étaient leurs pre­miers pas dans la Pi­nède-Gould. Leur pre­mier Jazz à Juan qui leur a d’ailleurs per­mis de clô­tu­rer le fes­ti­val en beau­té, et en prières. Les Blind Boys of Ala­ba­ma, vé­té­rans aveugles du gos­pel, chantent avec le coeur et pour Dieu, éter­nel mo­teur de leur dé­marche ar­tis­tique. Jim­my Car­ter, der­nier membre fondateur du groupe, n’en dé­mord pas. Près de 80 ans après ses dé­buts, le no­na­gé­naire en­chaîne en­core les concerts et ne compte pas s’ar­rê­ter de si­tôt.

Votre pre­mier show re­monte à . Pen­siez-vous être tou­jours sur scène  ans plus tard ? Au dé­but, vous di­siez vou­loir chan­ter du gos­pel par­tout dans le monde…

Mis­sion ac­com­plie ? Même a plus de  ans, vous vou­lez conti­nuer les tour­nées ? Vous pen­sez que les Blind Boys ap­portent en­core quelque chose de nou­veau au gos­pel ? Quels rôles ont joué Ray Charles et Ste­vie Won­der dans votre vie mu­si­cale ? Sept dé­cen­nies de mu­sique et de tour­nées, ça laisse le temps de faire de belles ren­contres. Sur scène, les Blind Boys ont chan­té aux cô­tés de lé­gendes de la chan­son, de Prince à Ste­vie Won­der en pas­sant par Bon Iver. De toutes ces ren­contres, Jim­my Car­ter se plaît à en ra­con­ter une en par­ti­cu­lier. « Le pre­mier ar­tiste avec le­quel on a chan­té était un ami, Ben Har­per. C’était la meilleure col­la­bo­ra­tion, car c’était aus­si la pre­mière », re­late-t-il. Le chan­teur se sou­vient d’un « grand mu­si­cien et un grand gent­le­man ». Le groupe sor­ti­ra même un al­bum avec le mu­si­cien, There Will Be a Light, en 2004. De ses autres col­la­bo­ra­tions, Jim­my Car­ter garde éga­le­ment d’im­pé­ris­sables sou­ve­nirs. « Pe­ter Ga­briel [le chan­teur qui les a sor­tis de l’ano­ny­mat, ndlr], Aa­ron Ne­ville, Lou Reed… » Si le gos­pel reste son unique amour, ce­la n’a pas em­pê­ché le groupe de se rap­pro­cher de chan­teurs ve­nus d’autres uni­vers. « Nous avons col­la­bo­ré avec de nom­breux ar­tistes qui n’ex­priment pas leur foi dans leurs chan­sons, mais on n’a ja­mais sé­pa­ré notre propre mu­sique de Dieu. »

(Pho­to Sé­bas­tien Bo­tel­la)

Jim­my Car­ter est le der­nier membre ori­gi­nel du groupe Blind Boys of Ala­ba­ma fon­dé en .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.