Une dé­pu­tée LREM agres­sée sur un mar­ché à Ba­gneux

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

La dé­pu­tée de La Ré­pu­blique en marche ! (LREM) des Hauts-de-Seine, Lau­rianne Ros­si, née à Tou­lon il y a trente-trois ans, a été agres­sée, hier ma­tin, sur un mar­ché à Ba­gneux en proche ban­lieue pa­ri­sienne. Elue en juin dans la on­zième cir­cons­crip­tion du dé­par­te­ment, elle dis­tri­buait des tracts sur le mar­ché lors­qu’elle a été frap­pée par un homme aux alen­tours de  heures. « Cet homme était clai­re­ment hos­tile à la po­li­tique du gou­ver­ne­ment et de la ma­jo­ri­té, ses pro­pos étaient vé­hé­ments mais il n’était pas for­cé­ment agres­sif de prime abord », a ra­con­té la dé­pu­tée. L’homme a, se­lon elle, ac­cu­sé les élus LREM d’être des « dé­pu­tés go­dillots », puis cri­ti­qué « la cou­ver­ture mé­dia­tique orien­tée en fa­veur d’Em­ma­nuel Ma­cron ». « J’ai com­men­cé à lui ré­pondre, mais je n’ai pas eu le temps de fi­nir. Il m’a as­sé­né un violent coup de poing dans la tempe droite et a pris la fuite », a ra­con­té Lau­rianne Ros­si. Son agres­seur a par­cou­ru une ving­taine de mètres se­lon elle, avant d’être rat­tra­pé par des mi­li­tants et des com­mer­çants, qui l’ont maî­tri­sé et ont en­suite at­ten­du la po­lice. « L’au­teur a été in­ter­pel­lé qua­si­ment im­mé­dia­te­ment. A ce stade, il est en garde à vue », a confir­mé une source proche de l’en­quête. Lau­rianne Ros­si a dé­po­sé plainte. Son agres­sion « semble sans gra­vi­té cor­po­relle », a in­di­qué cette même source. La dé­pu­tée s’est dite « son­née, un peu cho­quée ». « Au­cun désac­cord po­li­tique ne peut jus­ti­fier la vio­lence, qui plus est contre les élus de la Ré­pu­blique et les femmes », a-telle ré­agi sur Twit­ter. Pen­dant la cam­pagne des lé­gis­la­tives en juin, l’ex-dé­pu­tée Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet (LR) avait été agres­sée sur un mar­ché, par un maire d’une pe­tite com­mune de l’Eure. L’édile a été condam­né à quatre mois de pri­son avec sur­sis et   € d’amende.

Ma­cron de­mande de « res­pec­ter les élus »

Sur Twit­ter, le Pré­sident Ma­cron a dé­plo­ré une élue « agres­sée parce qu’elle dé­fen­dait ses convic­tions », de­man­dant de « res­pec­ter les élus » et de « res­pec­ter la Ré­pu­blique ». Ega­le­ment sur Twit­ter, le Pre­mier mi­nistre Édouard Phi­lippe a condam­né « avec la plus grande fer­me­té » cette agres­sion et le pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale Fran­çois de Ru­gy a dé­non­cé ce geste de fa­çon « ferme », tan­dis que Ri­chard Fer­rand, pré­sident du groupe LREM au Pa­lais-Bour­bon, a évo­qué une « vio­lence in­jus­ti­fiable et in­ac­cep­table »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.