La­court, monstre sa­cré

Pour la der­nière course de sa car­rière à 32 ans, Ca­mille La­court a brillam­ment rem­por­té le 50m dos

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Ca­mille La­court s’est of­fert la sor­tie do­rée dont il rê­vait en rem­por­tant le 5e titre mon­dial de sa car­rière, son troi­sième d’af­fi­lée sur 50 m dos, hier à Bu­da­pest. A 32 ans, La­court re­ferme de la plus belle des ma­nières une car­rière qui avait dé­col­lé ici même, il y a sept ans. Quand son tri­plé eu­ro­péen (50 m dos, 100 m dos, 4x100 m 4 nages), mais aus­si ses yeux bleu pis­cine, sa cri­nière blonde et son sou­rire char­meur, l’avaient pro­pul­sé dans la lu­mière. « Pen­ser que c’est fi­ni, que c’est la der­nière Mar­seillaise, c’est beau­coup de plai­sir et d’émo­tions. Je suis ra­vi de fi­nir ma car­rière sur la plus haute marche. J’ai dé­jà re­çu 57 tex­tos, 74 mes­sages sur Fa­ce­book, 20 sur Ins­ta­gram, 99 sur WhatsApp », s’est amu­sé La­court, une fois des­cen­du du po­dium les yeux brillants. De­puis 2010, sa no­to­rié­té a lar­ge­ment dé­pas­sé l’uni­vers des bas­sins et sa sil­houette lon­gi­ligne (2 m) s’est ré­gu­liè­re­ment af­fi­chée jus­qu’en Une des ma­ga­zines people.

La na­ta­tion un jeu

Ça n’a pas em­pê­ché le beau gosse de la na­ta­tion fran­çaise de se construire un des plus beaux pal­ma­rès : cinq titres de cham­pion du monde (50 m dos en 2013, 2015, 2017, 100 m dos en 2011, 4x100 m 4 nages en 2013), plus deux mé­dailles d’ar­gent (50 m dos en 2011, 100 m dos en 2015) et une de bronze (4x100 m 4 nages en 2015), et cinq titres de cham­pion d’Eu­rope (50 m dos et 100 m dos en 2016, outre les trois de 2010). Une seule ligne manque à son CV : une mé­daille olym­pique. Les deux ex­pé­riences qu’il a connues, en 2012 et en 2016, se sont à chaque fois sol­dées par des dé­cep­tions : 4e à Londres, 5e à Rio. Pour sa der­nière sé­lec­tion, La­court avait été dé­si­gné ca­pi­taine par les autres na­geurs de l’équipe de France. Ça n’a pas chan­gé sa na­ture. « Ce n’est pas pour ça que je vais être moins dé­con­neur, c’est comme ça que j’ai réus­si. Au plus pro­fond de moi-même, je pense que la na­ta­tion, c’est un jeu, dé­cla­rait-il en dé­but de se­maine. Je vais es­sayer de m’amu­ser. » Hier, pour la der­nière fois, La­court a joué, et il a ga­gné. En 24’’35, de­vant le Ja­po­nais Ko­ga (24’’51) et l’Amé­ri­cain Gre­vers (24’’56). Son ha­bi­tuel com­pa­gnon en fi­nale, Jé­ré­my Stra­vius, avec le­quel il a par­ta­gé l’or mon­dial en 2011, ter­mine

4e (25’’61). « Ce qui l’ex­ci­tait, c’est de sa­voir que ce n’était pas une vic­toire fa­cile, que le Ja­po­nais (Ko­ga) se­rait un dé­fi jus­qu’au bout. Il fi­nit sur le toit du monde, je ne pen­sais pas que ça me tou­che­rait au­tant », a ex­pli­qué son en­traî­neur Ju­lien Jac­quier. Le pa­ri de La­court était osé : sa der­nière sai­son de na­geur, il l’a par­ta­gé entre en­traî­ne­ment, un peu, et re­con­ver­sion à mul­tiples fa­cettes, sur­tout, de l’ou­ver­ture d’un bar à cock­tails à Pa­ris en pas­sant par des sé­mi­naires en en­tre­prise. Avec l’or, La­court re­dore le bi­lan des Bleus, qui ne comp­taient jusque-là que le bronze de Meh­dy Me­tel­la sur 100 m nage libre.

(Pho­tos AFP)

Le Nar­bon­nais se re­tire des bas­sins avec un cin­quième titre mon­dial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.