Ch­ris­tophe Maé comme chez lui

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Lete - FLO­RIAN DALMASSO

Sa­me­di soir, en clô­ture du fes­ti­val du châ­teau de Sol­liès-Pont, Ch­ris­tophe Maé jouait à do­mi­cile. Une soi­rée cha­leu­reu­se­ment dé­bu­tée par At­trape-rêves, avant d’en­chaî­ner, à l’har­mo­ni­ca, par Ma jo­lie… le tout sous les ap­plau­dis­se­ments d’un châ­teau plein à cra­quer. To­ta­le­ment ac­quis à sa cause, les fans sont una­nimes à son su­jet. Des cri­tiques di­thy­ram­biques !

Deux heures de show

Re­con­nais­sant, l’ar­tiste ori­gi­naire de Car­pen­tras a de la mé­moire. Dès sa troi­sième chan­son, 40 ans de­main, il a sou­hai­té re­mer­cier la ville, le fes­ti­val… et sur­tout son pu­blic. Il y a dix ans, quand Ch­ris­tophe Maé dé­bu­tait sa car­rière, l’une de ses pre­mières grosses dates était le fes­ti­val du châ­teau de Sol­liès-Pont. « C’est un mo­ment que je n’ou­blie­rai ja­mais. Je n’ou­blie­rai ja­mais cette ville. Mer­ci pour tout ce que vous m’avez don­né » dé­clare-t-il, à coeur ou­vert. Que de che­min par­cou­ru de­puis ! Sur scène, Ch­ris­tophe Maé n’a pas failli à sa ré­pu­ta­tion. Vé­ri­table show­man, il a en­flam­mé toutes les gé­né­ra­tions pré­sentes sa­me­di soir. Avec sa voix si sin­gu­lière, l’ar­tiste sent bon le sud de la France. Un ac­cent chan­tant, sur le­quel on image bien un fond de ci­gales. Pen­dant près de deux heures, Ch­ris­tophe Maé au­ra tout of­fert à son pu­blic. Jus­qu’à son har­mo­ni­ca, je­té au beau mi­lieu de la foule en ca­deau. Il au­ra sur­tout en­chaî­né ses plus grands suc­cès comme On s’at­tache, Belle de­moi­selle, Je me lâche ou en­core Ma terre. De quoi faire pâ­lir tous ses fans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.