Va­cances or not va­cances ?

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente - Le billet de Phi­lippe Bou­vard

La ques­tion de confiance et de cou­rage se pose comme à chaque dé­but de quin­quen­nat : les nou­veaux princes qui nous gou­vernent de­puis quelques jours seule­ment peuvent-ils dé­jà prendre des va­cances ? Ou doivent-ils pas­ser outre afin que les or­don­nances, sans les­quelles on n’est pas as­su­ré de gué­rir la France ma­lade, puissent être si­gnées dès le dé­but de sep­tembre, par le doc­teur Ma­cron, son jeune mé­de­cin ré­fé­rent ? Et dans le cas contraire où le Pré­sident op­te­rait pour un juste re­pos, où irait-il alors que les po­li­ciers ont dé­cla­ré ne pas pou­voir as­su­rer la sé­cu­ri­té de sa villa du Tou­quet et que le Fort de Bré­gan­çon est dé­sor­mais un mu­sée où l’on ad­mire le lit prê­té par le Mo­bi­lier na­tio­nal en août  pour abri­ter les ébats de Fran­çois avec Va­lé­rie, une femme qui n’en cou­chait pas en­core le dé­tail sur le pa­pier ? Car compte te­nu de la fas­ci­na­tion de M. Ma­cron pour le Châ­teau de Ver­sailles, il convient d’ex­clure le Pa­villon de la Lan­terne à la fois trop proche et trop mo­deste. Et pour­quoi pas le Pa­lais de l’Ély­sée do­té d’un jo­li jar­din et d’un par­king per­met­tant de ga­rer plu­sieurs pous­settes d’en­fants ? Reste une so­lu­tion s’ins­pi­rant des fa­meux « dî­ners chez les Fran­çais » in­ven­tés par Va­lé­ry et Anne-Ay­mone : Em­ma­nuel et Brigitte s’in­vi­te­raient chaque nuit chez des ci­toyens que le fu­tur ISF im­mo­bi­lier n’obli­ge­rait pas à

se sé­pa­rer de leur chambre d’ami.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.