Les mys­tères du Tri­angle des Ber­mudes

RMC Dé­cou­verte ex­pose les der­nières ex­pli­ca­tions sur les mys­té­rieuses dis­pa­ri­tions de ba­teaux

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente - GILLES BOUSSAINGAULT

RMC Dé­cou­verte consacre la soi­rée au Tri­angle des Ber­mudes. Deux do­cu­men­taires ex­plorent les abîmes de cette zone géo­gra­phique, su­jet d’in­nom­brables lé­gendes et où tant de na­vires et d’avions ont mys­té­rieu­se­ment dis­pa­ru. Le 5 dé­cembre 1945, cinq bom­bar­diers Aven­gers de l’US Na­vy dé­collent de Fort Lau­der­dale, en Flo­ride, pour une mis­sion d’en­traî­ne­ment. Nom de code : vol 19. Le temps est ma­gni­fique, pour­tant ils dis­pa­raissent peu après avoir si­gna­lé par ra­dio un af­fo­le­ment de leurs ins­tru­ments. Un hy­dra­vion Ma­ri­ner est en­voyé en sau­ve­tage. Il dis­pa­raît aus­si sans lais­ser de traces. Au to­tal, 6 ap­pa­reils et 27 hommes manquent à l’ap­pel. Ils s’ajoutent à la liste des nau­frages qui ont com­men­cé à se pro­duire au XVIIIe siècle dans cette zone for­mant un tri­angle entre la Flo­ride, les îles Ber­mudes et Por­to Ri­co. « Le com­man­dant du vol 19 était très ex­pé­ri­men­té et les avions en bon état, se sou­vient le lieu­te­nant Da­vid White, ins­truc­teur à Fort Lau­der­dale. Pen­dant trois jours, mes élèves pi­lotes et moi-même fîmes des re­cherches à basse al­ti­tude. Nous avons mis des cen­taines d’avions sur le coup, mais nous n’avons rien trou­vé. Pas de corps ni le moindre dé­bris. Ils se sont vo­la­ti­li­sés. » Le pre­mier do­cu­men­taire nous ex­plique, grâce aux der­nières tech­no­lo­gies d’ex­plo­ra­tion ma­rine, que plu­sieurs fac­teurs sont sans doute à l’ori­gine de ces tra­gé­dies. D’abord le mau­vais temps, qui gé­nère des phé­no­mènes d’une grande vio­lence dans cette zone, comme ces vagues dites scé­lé­rates, qui sur­gissent de nulle part, mais peuvent at­teindre 30 m de haut et cou­ler des ba­teaux gi­gan­tesques. Ce fut sans doute le cas de l’USS Cy­clops, un car­go amé­ri­cain de 130 m et de 19 000 tonnes, dis­pa­ru en 1918. La car­to­gra­phie en 3D du fond de l’océan montre aus­si des mon­tagnes sous-ma­rines hautes de 5 000 m, de fosses, comme celle de Por­to Ri­co, pro­fonde de 8 000 m. Et de trous bleus, des gouffres ma­rins ap­pa­rus à la suite d’ébouCet le­ments et par­cou­rus de puis­sants cou­rants as­pi­rants. En­fin, des poches de mé­thane qui li­bé­re­raient des quan­ti­tés énormes de gaz. Si un ba­teau passe à ce mo­ment, n’étant plus por­té par l’eau, il sombre d’un coup. Ce qui est ar­ri­vé à un cha­lu­tier, dé­cou­vert in­tact en 2001 en Écosse, po­sé sur sa quille, au mi­lieu d’un cra­tère de 120 m et de 3 m de pro­fon­deur.

Tri­angle des Ber­mudes : l’énigme ré­vé­lée à20h50sur RMC Dé­cou­verte

La car­to­gra­phie en 3D du fond de l’océan montre des mon­tagnes sous­ma­rines hautes de 5 000 m ou des fosses pro­fonds de 8 000 m.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.