Chasse : Bri­gitte Bar­dot en co­lère

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Grand Sud Carnet - LAURENT AMALRIC

La lec­ture de Var-ma­tin peut par­fois avoir un ef­fet ca­ta­ly­seur sur cer­tains de ses lec­teurs. Hier, une per­son­na­li­té illustre en fai­sait les frais… Bri­gitte Bar­dot. Jour­nal en main, elle nous lit d’une voix ra­geuse la ré­ponse du mi­nis­tère de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire qui confirme «qu’il ne se­ra don­né au­cune suite à sa de­mande d’in­ter­rompre la chasse»

(nos édi­tions du 29 juillet)… « C’est même pire avec cette ou­ver­ture an­ti­ci­pée de la chasse en bat­tue du san­glier ce mar­di ! Je suis hors de moi. On nous parle des dé­gâts des san­gliers, mais et le feu alors !!! Hu­mai­ne­ment par­lant, on n’a pas le droit de faire ça! Com­ment peut-on en­core tuer des ani­maux après tout ce qu’ils ont su­bi ? », in­ter­roge Bri­gitte Bar­dot, en ébul­li­tion de sa ré­si­dence tro­pé­zienne, avant que le cou­vercle de la co­cotte n’ex­plose pour de bon…

At­teinte phy­si­que­ment

« Ces fa­na­tiques de la gâ­chette sont les dji­ha­distes du monde ani­mal… Ils me font peur. C’est dur… Mais plus que ce­la, j’ai mal. Je suis at­teinte

phy­si­que­ment, pour­suit-elle, le ton voi­lé par la tris­tesse. Je n’en peux plus de ce pays. Par­tout ailleurs, la condi­tion ani­male s’amé­liore, sauf en France… ». Et de ré­ser­ver une der­nière

salve aux ins­ti­tu­tions. « J’en ai dé­jà marre de ce gou­ver­ne­ment. Hu­lot est un ven­du et un lâche. Il n’a pas de pa­role. Je suis écoeu­rée de voir comme il re­tourne sa veste », achève-t-elle sans autre forme de pro­cès. L’ul­time saillie avant de dé­cris­per son em­prise, lais­sant ap­pa­raître un pauvre pa­pier jour­nal frois­sé.

(Photo L. A.)

Bri­gitte Bar­dot n’est pas plus tendre avec les chas­seurs qu’avec Ni­co­las Hu­lot…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.