Au Venezuela, deux chefs de l’op­po­si­tion ar­rê­tés

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/monde -

La si­tua­tion conti­nue à s’en­ve­ni­mer au Venezuela. Deux jours après l’élec­tion dans le sang d’une toute-puis­sante As­sem­blée cons­ti­tuante vou­lue par le pré­sident so­cia­liste Ni­co­las Ma­du­ro, deux fi­gures de l’op­po­si­tion ont été ar­rê­tées hier. Leo­pol­do Lo­pez, 46 ans, fon­da­teur du par­ti « Vo­lun­tad Po­pu­lar » (« Vo­lon­té po­pu­laire », droite), et le maire de Ca­ra­cas An­to­nio Le­dez­ma, 62 ans, ont été in­ter­pel­lés en pleine nuit chez eux, où ils étaient en ré­si­dence sur­veillée. «Nous avons re­çu des in­for­ma­tion des ser­vices de ren­sei­gne­ment qui fai­saient état d’un plan d’éva­sion», a jus­ti­fié la Cour su­prême, qui a aus­si dé­cla­ré que les deux op­po­sants n’ont pas res­pec­té leurs « condi­tions de dé­ten­tion » à do­mi­cile in­ter­di­sant tout «pro­sé­ly­tisme po­li­tique » pour l’un et toute « dé­cla­ra­tion à un quel­conque mé­dia » pour l’autre. « Ils ont pris Leo­pol­do Lo­pez et le maire Le­dez­ma pour nous faire peur et nous dé­mo­ra­li­ser », a dé­cla­ré le dé­pu­té d’op­po­si­tion Fred­dy Gue­va­ra, mais «la pri­son et les per­sé­cu­tions contre nos res­pon­sables ne stop­pe­ront pas la ré­bel­lion » . La coa­li­tion de l’op­po­si­tion Table de l’uni­té dé­mo­cra­tique (MUD) a ap­pe­lé à une nou­velle ma­ni­fes­ta­tion au­jourd’hui dans la ca­pi­tale.

Wa­shing­ton qua­li­fie Ma­du­ro de « dic­ta­teur »

L’élec­tion – pour une du­rée in­dé­ter­mi­née – des 545 membres de la Cons­ti­tuante a été qua­li­fiée de triomphe «historique » par Ni­co­las Ma­du­ro (1). En re­vanche, qua­li­fiant ces élections d’«illé­gi­times» et le pré­sident so­cia­liste de « dic­ta­teur », Wa­shing­ton a an­non­cé lun­di soir de nou­velles sanc­tions avec le «gel [de] tous les avoirs » que pos­sé­de­rait le pré­sident vé­né­zué­lien aux États-Unis. Une me­sure ex­trê­me­ment rare contre un chef d’État en exer­cice : il s’agit du qua­trième seule­ment, après les pré­si­dents sy­rien Ba­char al-As­sad, nord-coréen Kim Jong-Un et zim­babwéen Ro­bert Mu­gabe. La nou­velle As­sem­blée, qui doit s’ins­tal­ler au­jourd’hui, se si­tue au-des­sus de tous les pou­voirs, y com­pris du pré­sident, et doit ré­di­ger une nou­velle Cons­ti­tu­tion rem­pla­çant celle pro­mul­guée en 1999 par le dé­funt pré­sident Hu­go Cha­vez. Ni­co­las Ma­du­ro a sou­hai­té lun­di que la Cons­ti­tuante lève l’im­mu­ni­té des par­le­men­taires de l’op­po­si­tion pour qu’ils soient ju­gés. L’op­po­sant Ju­lio Borges, pré­sident du Parlement, a as­su­ré de son cô­té que le pou­voir lé­gis­la­tif conti­nue­rait de sié­ger mal­gré tout. 1. Se­lon les au­to­ri­tés, plus de huit mil­lions d’élec­teurs, soit 41,5% du corps élec­to­ral, ont par­ti­ci­pé à l’élec­tion de l’As­sem­blée cons­ti­tuante. Soit plus que les 7,6 mil­lions de voix réunies par l’op­po­si­tion le 16 juillet, lors d’un ré­fé­ren­dum contre le pro­jet de Cons­ti­tuante. Chaque camp conteste les chiffres de l’autre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.