Les (cé­lèbres) fro­mages

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Le Journal L'ete -

Il est jeune. Pas­sion­né et pas­sion­nant. À tout juste 22 ans, Tho­mas Van­wed­din­gen a re­pris l’ex­ploi­ta­tion de chèvres de son père d’ori­gine belge, ins­tal­lé à Am­pus de­puis la fin des an­nées 70. « J’ai gran­di ici. Mon père a es­sayé de me mon­trer autre chose, mais j’ai tou­jours su que c’était ça que je vou­lais faire. » Ca, c’est du fro­mage de chèvre. Et Tho­mas de pour­suivre : « Mon père a construit cette ber­ge­rie en quelques mois et a ache­té 12 chèvres pour com­men­cer. » Au­jourd’hui, elles sont qua­rante, sans comp­ter les che­vrettes. Peu fa­rouches et toutes pim­pantes, elles four­nissent la ma­tière pre­mière né­ces­saire à la fa­bri­ca­tion des quelque 180 à 200 fro­mages pro­duits au quo­ti­dien. Épau­lé par son em­ployé, Tho­mas ef­fec­tue la traite deux fois par jour. Le reste de son

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.