« Ici, ça va beau­coup plus vite »

In­ter­na­tio­nale po­lo­naise, Ewa Urt­nows­ka a choi­si Tou­lon/Saint-Cyr pour ten­ter de de­ve­nir une meilleure joueuse. L’ar­rière droite va ap­por­ter sa den­si­té des deux cô­tés du ter­rain

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR VINCENT WATTECAMPS

Grande, fine, blonde... Pour rem­pla­cer Sanne van Ol­phen, par­tie au Da­ne­mark (Vi­borg), le staff de Tou­lon/SaintCyr a res­pec­té les cri­tères phy­siques de l’ar­rière droite hol­lan­daise au mo­ment de s’at­ta­cher les ser­vices de la Po­lo­naise Ewa Urt­nows­ka (ex-An­dr­ze­jews­ka). Mais la res­sem­blance s’ar­rête là. Aus­si bien à l’aise en at­taque qu’en dé­fense, ai­mant le contact et le jeu au près, la nou­velle Re­Belle évo­lue dans un re­gistre dif­fé­rent de sa de­van­cière. Et va de­voir s’adap­ter au rythme du jeu fran­çais. Elle fait le point un mois après son ar­ri­vée dans le Var.

Ewa, pour­quoi avoir choi­si de ve­nir à Tou­lon/Saint-Cyr ?

Parce qu’il y fait moins froid qu’en Po­logne (rires) ! Quand j’ai ap­pris l’in­té­rêt du club pour moi, je n’ai pas hé­si­té. Le cham­pion­nat fran­çais est très re­le­vé, les joueuses sont très fortes, plus phy­siques. C’est l’oc­ca­sion pour moi de pro­gres­ser, de de­ve­nir une meilleure joueuse. Ici, à Tou­lon/Saint-Cyr, il y a un ef­fec­tif de qua­li­té, am­bi­tieux. Et un cadre de vie vrai­ment unique. J’ai  ans, pas d’en­fant, je me suis dit que c’était main­te­nant ou ja­mais pour ten­ter cette aven­ture !

Quelle dif­fé­rence y a-t-il entre le jeu en Po­logne et en France ?

Ici, ça va vrai­ment beau­coup plus vite. Lors du der­nier Eu­ro, nous avions joué contre la France. Bien évi­dem­ment, nous avions per­du (-). Je me sou­viens m’être dit : “Waouh, elles vont si vite !’’ Ça va être mon prin­ci­pal dé­fi ici, m’adap­ter au jeu ra­pide.

Sur­tout que vous avez un coach qui aime le jeu en pre­mière in­ten­tion.

Oui, je vais ap­prendre à ai­mer jouer vite ! Mais ce n’est pas un pro­blème. Je ne suis pas ici pour de­ve­nir la meilleure bu­teuse. Je veux ap­por­ter ma pierre à l’édi­fice, faire en sorte qu’avec moi, Tou­lon/Saint-Cyr soit plus fort.

Vous connais­siez quelques joueuses du TSCV avant de si­gner ici?

J’avais dé­jà joué contre Ka­tia (Vet­ko­va) et Jes­sy (Kra­mer) en sé­lec­tions na­tio­nales ou en coupe d’Eu­rope, mais elles n’étaient alors que des ad­ver­saires. Elles vont vite de­ve­nir des amies. Le club fait en sorte que nous ha­bi­tions toutes à cô­té les unes des autres. C’est très bien pour faire connais­sance, créer des liens. Tout est en place pour se sen­tir bien. Je me suis ma­riée juste avant de ve­nir en France, et je suis ici avec mon ma­ri, Ma­ciej, qui est joueur pro­fes­sion­nel de fut­sal. S’il pou­vait trou­ver un club ici, ce se­rait le top !

Je veux ap­por­ter ma pierre à l’édi­fice ”

(Pho­tos Ni­co­las Mar­ti­nez)

Avec Yu­lia Kha­vro­ni­na, Ewa Urt­nows­ka for­me­ra une paire re­dou­table au poste d’ar­rière droite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.