Manque d’eau dans le Golfe : le seuil d’alerte dé­pas­sé

Les ni­veaux des cours d’eau (bas) et la vé­gé­ta­tion (très sèche) ont conduit le pré­fet à étendre fin juillet les me­sures du plan sé­che­resse ac­ti­vé à la mi-juin et concer­nant onze com­munes du Golfe

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour - S. CHAUDHARI schaud­ha­ri@var­ma­tin.com

La Golfe a soif. À l’ar­rê­té pré­fec­to­ral da­té du 15 juin qui va­li­dait le plan d’ac­tion « sé­che­resse » au ni­veau dé­par­te­men­tal, se sont ajou­tées fin juillet, de nou­velles dé­ci­sions. Ain­si, le pré­fet du Var, JeanLuc Vi­da­laine, a lan­cé une alerte «sé­che­resse» pour les bas­sins ver­sants des fleuves cô­tiers et no­tam­ment ceux du Bour­rian, de la Giscle et du Pré­co­nil. En cause : le manque in­quié­tant de pré­ci­pi­ta­tions de­puis plu­sieurs mois dé­jà. De plus, il a été consta­té un dé­bit trop faible dans les cours d’eau, dé­pas­sant le seuil d’alerte.

Jus­qu’au  oc­tobre

A été éga­le­ment in­té­gré dans l’ac­ti­va­tion du plan, « la né­ces­si­té de pré­ser­ver les usages prio­ri­taires, dont en pre­mier lieu la san­té, la sé­cu­ri­té ci­vile, l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau po­table et la pré­ser­va­tion des éco­sys­tèmes aqua­tiques. » D’où une nou­velle sé­rie de contraintes im­po­sées aux douze com­munes du Golfe sauf La Garde-Frei­net, à res­pec­ter jus­qu’au 15 oc­tobre pro­chain.

Tout ce­la n’est bien évi­dem­ment pas sans consé­quences pour les col­lec­ti­vi­tés et les par­ti­cu­liers. En voi­ci quelques exemples :

Les pe­louses, ne peuvent plus être ar­ro­sées de 9 h à 19 h, de même que les fleurs, et mas­sifs flo­raux, arbres et ar­bustes, jar­dins et po­ta­gers. Même res­tric­tion pour les stades, es­paces spor­tifs de toute na­ture et golfs.

Le rem­plis­sage des pis­cines (d’un vo­lume to­tal su­pé­rieur à 10 m3) est sou­mis à au­to­ri­sa­tion écrite du maire.

Pa­ra­doxa­le­ment le la­vage des vé­hi­cules au­to­mo­biles, des ba­teaux et de la voi­rie n’est sou­mis à au­cune li­mi­ta­tion, même si la « vi­gi­lance » est de mise.

À ces me­sures res­tric­tives des­ti­nées à faire face à la sé­che­resse et à lut­ter contre ses consé­quences (in­cen­dies, etc.), plu­sieurs mu­ni­ci­pa­li­tés du Golfe ont dé­ci­dé d’étendre ce plan d’ac­tions.

A Sainte-Maxime, en plus de ré­duire l’uti­li­sa­tion de l’eau sur les es­paces verts, l’eau des douches des dif­fé­rentes plages de la ville a été cou­pée. De plus, à par­tir de demain, sa­me­di, cou­pure d’eau éga­le­ment au port de 8 h à 20 h (lire en page sui­vante).

Ca­va­laire elle aus­si sou­haite li­mi­ter au maxi­mum l’eau dé­ver­sée sur les jar­dins com­mu­naux tout en sen­si­bi­li­sant les ad­mi­nis­trés et va­can­ciers par haut­par­leurs. En outre, il est de­man­dé aux per­son­nels mu­ni­ci­paux de ne plus la­ver les vé­hi­cules de la ville. Les séances d’ar­ro­sage à

Co­go­lin ont été es­pa­cées sur les plan­ta­tions prin­ci­pales et li­mi­tées aux tranches ho­raires. De plus, toutes les ma­chines com­mu­nales qui ris­que­raient de pro­duire des étin­celles ont été stop­pées et l’ar­ro­sage du stade a été li­mi­té au strict mi­ni­mum. La Croix-Val­mer a ré­duit les heures d’uti­li­sa­tion des douches sur les plages de Gi­ga­ro et du Dé­bar­que­ment, dé­sor­mais ac­ces­sibles seule­ment de 11 h 30 à 13 h et de 17 h 30 à 20 heures.

(Pho­to S. Ch.)

A Sainte-Maxime, les douches des plages pu­bliques ne coulent plus de­puis hier suite à À Saint-Tropez, des car­rés de ver­dure étaient en­core ar­ro­sés en mi­lieu de jour­née. Les ser­vices mu­ni­ci­paux ont ex­pli­qué, hier, qu’il s’agis­sait de « bugs dans le fonc­tion­ne­ment de l’ar­ro­sage au­to­ma­tique ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.