Vi­sé par une ex­pul­sion il se la­cère en pré­fec­ture

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - SO. B.

Il avait ren­dez-vous au bu­reau de l’im­mi­gra­tion de la pré­fec­ture du Var, à Tou­lon. Hier en fin d’après-mi­di, un homme de na­tio­na­li­té sou­da­naise s’est don­né plu­sieurs coups de cou­teau sur le corps, en pleine pré­fec­ture. Un fonc­tion­naire ve­nait de lui an­non­cer qu’il était vi­sé par une me­sure de re­con­duite à la fron­tière. Il semble avoir agi par déses­poir face à ce re­fus ad­mi­nis­tra­tif. « Une arme blanche a bien été re­trou­vée », confir­mait hier soir la pré­fec­ture du Var. L’arme a été di­ri­gée par cet homme, « contre lui-même ». De sources concor­dantes, il n’a ja­mais été me­na­çant pour qui­conque. Il se se­rait in­fli­gé de l’ordre de cinq coups d’un cou­teau à lame fixe. Les bles­sures ont été qua­li­fiées de « su­per­fi­cielles », ne met­tant pas ses jours en dan­ger.

Pris en charge par les pom­piers

Un équi­page de po­lice est ra­pi­de­ment ar­ri­vé sur place – il s’agis­sait de la sec­tion d’in­ter­ven­tion. Les po­li­ciers ont désar­mé l’homme, qui a fi­na­le­ment été pris en charge et trans­por­té par les pom­piers. L’après-mi­di, la pré­fec­ture du Var n’est pas ou­verte, mais re­çoit sur ren­dez­vous. C’était le cas de ce Sou­da­nais dont le dos­sier était donc trai­té de­puis le dé­par­te­ment. Quand la pré­fec­ture est ou­verte, son en­trée prin­ci­pale est sé­cu­ri­sée par un po­li­cier na­tio­nal, pré­sent dans une gué­rite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.