Drii­veMe : un euro pour louer une voi­ture

Lan­cée il y a cinq ans par deux jeunes frères am­bi­tieux, l’ap­pli­ca­tion Drii­veMe sé­duit au­jourd’hui plu­sieurs mil­liers d’uti­li­sa­teurs dans le Var et les Alpes-Ma­ri­times

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - G.A. gau­ber­tin@ni­ce­ma­tin.fr

Le concept

Comme pour la plu­part des start-up qui car­tonnent, le concept de l’ap­pli­ca­tion Drii­veMe est simple comme bon­jour et se ré­sume en une phrase : « Louez une voi­ture en al­ler simple pour 1 euro. » Sur le pa­pier, tout ce­la est très al­lé­chant. Aus­si bien pour les so­cié­tés par­te­naires que pour les par­ti­cu­liers. Quant à Drii­veMe, ils em­pochent 80 eu­ros de com­mis­sion pour chaque voyage. Le prin­cipe est pu­re­ment li­bé­ral, mais comme le ré­pètent à l’en­vi les fon­da­teurs de l’appli : «Tout le monde est ga­gnant et s’y re­trouve. On per­met aux grosses so­cié­tés de ré­duire leurs coûts, aux pe­tits loueurs de dé­ve­lop­per du bu­si­ness, et aux par­ti­cu­liers de faire des éco­no­mies. »

La ge­nèse

L’appli vient de fê­ter ses cinq ans. Elle a été fon­dée par Alexandre et Geof­froy Lam­bert, deux frères tren­te­naires ori­gi­naires de ré­gion

pa­ri­sienne. « On avait en­vie de créer notre boîte, ra­conte

Geof­froy. On cher­chait la bonne idée et elle est ve­nue lors­qu’on a dé­cou­vert que les gros loueurs de voi­tures dé­pen­saient en moyenne 10 à 15 mil­lions d’eu­ros par an pour le trans­port lo­gis­tique de leurs voi­tures. » Au lieu de payer « des for­tunes » pour faire tran­si­ter leur parc au­to­mo­bile (en train, avec des convoyeurs pro­fes­sion­nels ou des ca­mions porte-voi­tures), les so­cié­tés de lo­ca­tion fe­ront donc ap­pel à des par­ti­cu­liers pour ra­me­ner leurs voi­tures à bon port. Geof­froy Lam­bert ap­pelle ça de « l’op­ti­mi­sa­tion ». « On a dé­bu­té avec une grosse so­cié­té de lo­ca­tion très connue, et le test a été très concluant, se re­mé­more le co­fon­da­teur de l’appli. Du coup, on s’est dé­ployé vers les autres so­cié­tés qui ont ado­ré le concept et toutes les autres ou presque ont sui­vi le mou­ve­ment. » Au­jourd’hui, Drii­veMe tra­vaille avec quelque 500 en­seignes clientes : « Prin­ci­pa­le­ment des loueurs donc, mais aus­si des conces­sions ou des ga­rages qui sont ve­nus frap­per à notre porte, ou des par­ti­cu­liers qui vendent leur voi­ture sur Le­bon­coin.»

Le pro­fil des uti­li­sa­teurs

Pour uti­li­ser Drii­veMe, rien de plus simple. À condi­tion bien sûr d’être équi­pé d’un smart­phone, d’une connexion In­ter­net, et d’être ti­tu­laire du per­mis de conduire. « La moyenne d’âge de nos uti­li­sa­teurs est de 33 ans, ana­lyse Geof­froy Lam­bert. Dans 65 % des cas en­vi­ron, les de­mandes ré­pondent à un dé­pla­ce­ment ou à un dé­mé­na­ge­ment. Et dans 30 % des cas, pré­cise-t-il, on crée chez un par­ti­cu­lier un voyage qui n’était pas pré­vu. Les gens s’or­ga­nisent des week-ends im­pro­vi­sés grâce à Drii­veMe. » Il ar­rive par­fois que ces mêmes uti­li­sa­teurs se fassent vrai­ment plai­sir : « Ça nous ar­rive sou­vent d’avoir des voi­tures toutes neuves qui sortent du ga­rage et par­fois aus­si des belles marques, genre Ja­guar… » À un ni­veau plus lo­cal, Drii­veMe dé­place en­vi­ron 800 voi­tures par mois dans le Var et les Alpes-Ma­ri­times. Et Nice fi­gure dans le Top 5 des villes fran­çaises, sur­tout en pé­riode es­ti­vale. « De nom­breux uti­li­sa­teurs se font li­vrer leur voi­ture sur leur lieu de va­cances, après avoir fait par exemple Pa­ris-Nice en avion, parce qu’ils n’avaient pas en­vie de se ta­per toute la route », éclaire le jeune chef d’en­tre­prise.

À la conquête de l’Eu­rope

Le suc­cès a vite été au ren­dez-vous. De­puis le lan­ce­ment de l’appli en 2012, le chiffre d’af­faires a été « mul­ti­plié par trois chaque an­née » et tourne au­tour de « plu­sieurs mil­lions d’eu­ros » par an. Au­jourd’hui, Drii­veMe, qui compte une quin­zaine de sa­la­riés, dé­place près de 5 000 vé­hi­cules par mois en France et ne compte pas s’ar­rê­ter en si bon che­min. L’ob­jec­tif af­fi­ché est dé­sor­mais de « créer des flux trans­fron­ta­liers et de conqué­rir l’Eu­rope ». À com­men­cer par l’Es­pagne où la so­cié­té a dé­jà ou­vert des bu­reaux à Ma­drid…

(Pho­tos DR)

Drii­veMe dé­place en­vi­ron  voi­tures par mois en France, dont  dans le Var et les Alpes-Ma­ri­times.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.