So­li­da­ri­té pour une fa­mille sinistrée

Ha­bi­tants de Ca­bas­son de­puis neuf ans, Sté­phane, Sté­pha­nie et leurs en­fants ont per­du leur mai­son lors de l’in­cen­die. Une ca­gnotte a été mise en ligne afin de les ai­der à faire face

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - FLO­RIAN DALMASSO

La vie est belle ! »Ce­sont­par ces mots que Sté­pha­nie et Sté­phane nous ac­cueillent, sou­riants, du cô­té de Ca­bas­son. Pour­tant, dans la nuit du mar­di 25 juillet, le couple a per­du la mai­son­nette en bois dans la­quelle il vi­vait de­puis neuf ans. Brû­lée, ra­va­gée par les flammes du ter­rible in­cen­die de Bormes-les-Mi­mo­sas. Au lieu de « s’api­toyer sur leur sort », comme ils le disent sou­vent, Sté­pha­nie et Sté­phane ont dé­ci­dé de conti­nuer de vivre. « De toute fa­çon, nous n’avons pas le choix. La vie conti­nue. Il faut res­ter po­si­tif, et sur­tout re­la­ti­vi­ser», dé­clare la jeune femme.

Forts ca­rac­tères

Éva­cuée mar­di en pleine nuit sur la plage, puis au pe­tit ma­tin en ba­teau en di­rec­tion de La Londe-lesMaures, la fa­mille se re­met dou­ce­ment de cette soi­rée. Sté­pha­nie pour­suit : « For­cé­ment, il y a eu de la pa­nique. Mais vous sa­vez, ce soir-là, sur la plage, j’avais ma fille de deux ans entre les bras. Et je me suis dit que pour elle, il fal­lait que cette si­tua­tion soit la moins trau­ma­ti­sante pos­sible. Je n’ai ces­sé de jouer avec Maï­na, comme si tout était par­fai­te­ment nor­mal. » Après une nuit pas­sée chez les pa­rents de Sté­phane, dès le mer­cre­di après-mi­di, le couple res­sent le be­soin de re­tour­ner sur les lieux. « C’était très im­por­tant pour nous. Et sur­tout, dans un pre­mier temps, on vou­lait vivre ça en­semble, sans les en­fants. On ne vou­lait pas les mê­ler di­rec­te­ment à ce dé­sastre. » Une fois sur site, il est l’heure de faire le bi­lan. Voir qu’il ne reste qua­si­ment plus rien. Que la mai­son­nette, en­tiè­re­ment faite de bois, est par­tie en fu­mée. « Mais sin­cè­re­ment, sur place, on s’est très vite ren­du compte que ce qui nous tra­cas­sait le plus, ce n’était pas for­cé­ment ce qui nous coû­tait cher. J’ai eu beau­coup plus de mal à di­gé­rer le fait que je n’au­rais plus les dents de lait de mon fils [Na­tan], pré­cieu­se­ment gar­dées, plu­tôt que l’or­di­na­teur por­table. Ce n’est même pas com­pa­rable. » Une nuit seule­ment après l’in­cen­die, Sté­phane et sa pe­tite fa­mille, grâce à la gé­né­ro­si­té de son em­ployeur, étaient im­mé­dia­te­ment re­lo­gés. « Nous avons de la chance d’avoir pu re­trou­ver un toit si vite. Et je pense que rien que pour ça, pour nos amis et nos proches, on ne peut pas bais­ser la tête. De toute fa­çon, ce n’est pas dans notre ca­rac­tère. »

Ex­cep­tion­nelle so­li­da­ri­té

Même re­lo­gée, les sol­li­ci­ta­tions ne s’ar­rêtent pas là. Mu­ni­ci­pa­li­té et ha­bi­tants du vil­lage, tous pro­posent leur aide à la fa­mille. Et ils vont même plus loin. Une ca­gnotte en ligne est créée, afin de leur ve­nir

(1) en aide. À l’heure où nous écri­vons ces lignes, 56 gé­né­reux do­na­teurs ont d’ores et dé­jà par­ti­ci­pé. La ca­gnotte, elle, s’élève à près de 6000 €. Une so­li­da­ri­té dont le couple se­ra éter­nel­le­ment re­con­nais­sant : « C’est ex­trê­me­ment ras­su­rant de voir qu’en cas de réel coup dur, les gens savent en­core se mo­bi­li­ser, être so­li­daires. De notre cô­té, nous n’en dou­tions pas. Mais avec tout ce qu’on en­tend… Au fi­nal, on se re­trouve avec des mon­tagnes d’ha­bits. Les en­fants ont re­çu tel­le­ment de jouets... Pour vous dire, on est même ve­nu nous of­frir un fri­go, du ver­nis à ongle, en­fin vrai­ment de tout. Nous avons sur­tout re­çu beau­coup d’amour. Nous sommes très tou­chés. C’est fa­bu­leux de voir cette so­li­da­ri­té. » Heure après heure, jour après jour, Sté­phane, Sté­pha­nie, Na­tan et Maï­na se re­cons­truisent. Il fau­dra du temps, mais vu leur force de ca­rac­tère et leur at­ti­tude po­si­tive, ils ne lâ­che­ront rien. Le couple vient d’ap­prendre qu’il se­rait peut-être pos­sible, d’ici oc­tobre, d’être re­lo­gé à Ca­bas­son. Et si les bonnes nou­velles ar­ri­vaient bien­tôt ? 1. Si vous aus­si, vous sou­hai­tez ai­der Sté­phane et sa fa­mille, c’est pos­sible. Pour ac­cé­der à la ca­gnotte en ligne: www.leet­chi.com/c/so­li­da­rite-les-po­pos Et sur­tout, n’ou­bliez pas de no­ti­fier votre nom. Le couple sou­haite pou­voir re­mer­cier chaque gé­né­reux do­na­teur.

(Pho­to Laurent Mar­ti­nat)

Sté­phane, Sté­pha­nie, Na­tan et Maï­na, si­nis­trés de l’in­cen­die, ont dé­ci­dé de gar­der le sou­rire!

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.