Af­faire Gré­go­ry : Mu­rielle Bolle mise au vert, loin des mé­dias

Les juges ont ac­cé­dé à sa de­mande de re­mise en li­ber­té. Mais le té­moin clé du dos­sier de­vra ré­si­der dans la Nièvre et « poin­ter deux fois par se­maine »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

La chambre de l’ins­truc­tion de la cour d’ap­pel de Di­jon a ac­cep­té, hier, la de­mande de re­mise en li­ber­té de Mu­rielle Bolle, té­moin clé de l’af­faire Gré­go­ry, en l’as­sor­tis­sant d’un contrôle ju­di­ciaire strict, ont an­non­cé les avo­cats des deux par­ties. Mme Bolle de­vra « ré­si­der dans la Nièvre et poin­ter deux fois par se­maine », a in­di­qué Me Ma­rie-Ch­ris­tine Chas­tant-Mo­rand, avo­cate des pa­rents de l’en­fant as­sas­si­né en 1984. Elle a éga­le­ment in­ter­dic­tion de tout contact avec la presse. « Si on voit son vi­sage à la té­lé­vi­sion, elle re­tourne en pri­son », a ré­su­mé l’un de ses avo­cats, Me Jean-Paul Teis­son­nière, qui s’est dé­cla­ré « sa­tis­fait » de la dé­ci­sion de la cour. Âgée de 48 ans, Mu­rielle Bolle avait été mise en exa­men le 29 juin pour en­lè­ve­ment sui­vi de mort et pla­cée en dé­ten­tion pro­vi­soire. Ado­les­cente à l’époque des faits, elle avait ac­cu­sé son beau-frère, Ber­nard La­roche, du rapt du gar­çon de quatre ans re­trou­vé mort dans la ri­vière Vo­logne, avant de se ré­trac­ter. « C’est la rai­son ju­ri­dique qui l’em­porte », s’est fé­li­ci­té Me Teis­son­nière. « C’est pour nous un sou­la­ge­ment. » « La dé­ten­tion de Mme Bolle était un scan­dale, sa re­mise en li­ber­té est nor­male », a-t-il en­core es­ti­mé, ajou­tant que sa cliente « main­tient ses dé­cla­ra­tions ». Pour l’ac­cu­sa­tion, la belle-soeur de Ber­nard La­roche, qui avait 15 ans à l’époque de la mort du pe­tit Gré­go­ry, au­rait chan­gé son té­moi­gnage en 1984 après avoir su­bi des vio­lences fa­mi­liales.

« Elé­ments in­suf­fi­sants »

Le 4 juillet, la chambre de l’ins­truc­tion avait ain­si dé­ci­dé de la main­te­nir en pri­son en at­ten­dant no­tam­ment qu’une so­lu­tion d’hé­ber­ge­ment sans contact avec sa fa­mille puisse être trou­vée. Pour ses dé­fen­seurs, il n’y a pas « d’élé­ments suf­fi­sants » pour la main­te­nir en dé­ten­tion, avait in­di­qué ven­dre­di à la sor­tie de l’au­dience Me Thier­ry Mo­ser, autre avo­cat des époux Ville­min, di­sant s’en re­mettre « à la sa­gesse des ma­gis­trats ». Le pro­cu­reur gé­né­ral Jean-Jacques Bosc s’était, quant à lui, op­po­sé à la re­mise en li­ber­té « pour les né­ces­si­tés de l’en­quête et l’ef­fi­ca­ci­té des actes à ve­nir », ar­guant que Mme Bolle ne se­rait pas à l’abri de pres­sions, « compte te­nu de ce qui s’est pas­sé en 1984 ».

(Pho­to AFP)

Les avo­cats de Mu­rielle Bolle, Jean-Paul Teis­son­nière (à gauche) et Ch­ris­tophe Bal­lo­rin ont ob­te­nu, hier, la de­mande de li­bé­ra­tion ur­gente de leur cliente.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.