ORE­GON : ILS PERDENT LA GARDE DE LEURS FILS EN RAI­SON DE LEUR FAIBLE QI

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde -

Un homme et une femme de l’Ore­gon (Etats-Unis) af­firment avoir per­du la garde de leurs fils en rai­son de leur faible quo­tient in­tel­lec­tuel (QI). Amy Fab­bri­ni et Eric Zie­gler se battent contre les ser­vices so­ciaux de l’État de­puis long­temps pour prou­ver qu’ils sont ca­pables de s’oc­cu­per de leurs en­fants. « Ils pensent que parce que nous avons ce han­di­cap nous ne pou­vons pas être de bons pa­rents pour nos en­fants » ,a ex­pli­qué Mme Fab­bri­ni à la chaîne de té­lé­vi­sion amé­ri­caine KTVZ. Se­lon des do­cu­ments pré­sen­tés à un juge pour en­fants, leurs « ca­pa­ci­tés

in­tel­lec­tuelles li­mi­tées » les em­pê­che­raient de s’oc­cu­per cor­rec­te­ment d’un en­fant. Leurs QI res­pec­tifs se­raient de  alors que la moyenne se si­tue en gé­né­ral entre  et . « Nous pen­sons que notre QI ne de­vrait rien à faire avec tout ce­la, tant que vous êtes ca­pables d’ai­der votre en­fant et d’en prendre soin », a ajou­té la mère de fa­mille. Leur pre­mier fils leur a été en­le­vé par la Di­rec­tion de la pro­tec­tion de la jeu­nesse de l’Ore­gon seule­ment quatre jours après sa nais­sance il y a quatre ans. « Un ami qui vi­vait avec nous a fait un si­gna­le­ment en di­sant qu’Eric ne s’oc­cu­pait pas bien de Ch­ris­to­pher », a pré­ci­sé Amy Fab­bri­ni. Une as­sis­tante so­ciale qui connaît le couple a dé­ci­dé de se battre à ses cô­tés afin qu’il ré­cu­père ses en­fants. De leur cô­té, les ser­vices so­ciaux ont re­fu­sé de com­men­ter le dos­sier, mais ont ce­pen­dant te­nu à pré­ci­ser que le QI n’était pas le seul fac­teur qui les pous­saient à re­ti­rer un en­fant à des pa­rents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.