Bandol : les « ras­ta­men » al­lument la braise du Lu­nal­le­na Fes­ti­val !

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - I'été - MA.D. mda­laine@ni­ce­ma­tin.fr

Et il est ar­ri­vé sur scène, si cha­ris­ma­tique et en­voû­tant : ac­cla­mé comme le de­mi­dieu de la mu­sique qu’à 64 ans il est de­ve­nu sur tous les conti­nents. Il était 22 h 45 à Bandol et Al­pha Blon­dy, rare star mon­diale du reg­gae, a par sa seule pré­sence fi­ni d’en­flam­mer un pu­blic amou­ra­ché qui ne de­man­dait vrai­ment que ça. Il faut dire que les ar­tistes qui s’étaient suc­cé­dé sur scène avant lui avaient dé­jà pas­sa­ble­ment ré­chauf­fé l’air am­biant, et leurs fans de­dans. Ces ama­teurs de Jah et autre Zion étaient ve­nus en nombre pour s’of­frir un trip es­tam­pillé vert-jaune-rouge, les cou­leurs du dra­peau ras­ta qui a cha­leu­reu­se­ment em­maillo­té une soi­rée où il était pro­mis que s’agi­te­raient des di­zaines de ki­los de dread­locks au mètre car­ré. C’est sous une tem­pé­ra­ture ca­ni­cu­laire que Bon­go White, le ras­ta blanc et lo­cal de l’étape, a d’abord prê­ché son cre­do d’amour et d’eau fraîche, tou­jours utile sous le so­leil de plomb. « Ai­dez cha­cun de vos frères à se ré­vé­ler », s’est-il un ins­tant aban­don­né. Pas de sou­ci pour les « bro » en ques­tion, gri­més en dis­ciples de Mar­ley ou dé­jà trans­por­tés : le ton de la soi­rée, ré­so­lu­ment « à l’an­cienne », était don­né. Puis, Me­ta and the Cor­ners­tones se sont poin­tés sous les spot­lights du stade De­fer­ra­ri. Le chan­teur, un Sé­né­ga­lais dé­ton­nant, a pas­sé son set à sau­tiller, un bon­net de laine sur la tête pour cou­vrir sa vo­lu­mi­neuse che­ve­lure. Dans la fosse, les pre­mières odeurs d’herbes de Pro­vence son­naient l’heure d’al­lu­mer le bar­be­cue...

Ka­lash a en­voyé du lourd

« From King­ston, Ja­maï­ca » : c’est Ho­race An­dy, 66 ans, qui s’en est char­gé, tou­jours la flamme mal­gré 31 al­bums au comp­teur. Frin­gante, vi­si­ble­ment ra­vie d’être ici, l’une des der­nières lé­gendes vi­vantes du reg­gae roots ca­ri­béen a ré­ga­lé les fans de ses odes my­thiques - Sky­lar­king, Mo­ney Mo­ney… - tout en rap­pe­lant dès la deuxième chan­son (I’ve Got To Get Away) ses co­opé­ra­tions pas­sées avec Mas­sive At­tack. Sa voix suave res­te­ra long­temps dans la mé­moire des fes­ti­va­liers. Ce fut alors à Ka­lash, trois ki­los d’or au­tour du cou et quelques pé­pites sur ses dents longues de chan­teur hype, d’en­voyer des ra­fales de gros son dance-hall et de gang­sta rap, et d’am­bian­cer ain­si la côte sous une dé­fer­lante de basses sur­puis­santes. En deux mi­nutes, ce­lui qui compte des mil­lions de vues sur Youtube, et dé­sor­mais un pa­quet de plus en live, a réus­si la prouesse de ré­veiller les ras­tas as­sou­pis au fond de la scène et de faire sau­ter en rythme le reste de la troupe. La suite, juste avant le fi­nal de la prin­cesse du rag­ga Soom T, c’est donc le mys­tique Al­pha Blon­dy qui la dic­ta. Avec son cha­pe­let de tubes - Sweet Fan­ta Dial­lo, Co­co­dy Rock, Je­ru­sa­lem …-le­pape du reg­gae à la sauce afri­caine a fi­ni de souf­fler sur les braises d’un feu de joie mu­si­cal qui a ra­vi jus­qu’aux cou­ra­geux pom­piers va­rois, à qui cette soi­rée était dé­diée. Tor­ride, on vous dit.

(Pho­tos Do­mi­nique Leriche et Frank Mul­ler)

La lé­gende afri­caine Al­pha Blon­dy, star d’une reg­gae night très réus­sie. Ka­lash a conquis un pu­blic sur­vol­té. Ho­race An­dy, une voix unique : sa pré­sence était un évé­ne­ment pour ses fans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.