Am­biance : de la boxe, mais pas que

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour - ALEXANDRE DE MOUSSAC

Boire un verre, dî­ner pour les plus chan­ceux, tout en re­gar­dant les boxeurs com­battre sur le ring de la Ci­ta­delle de Saint-Tro­pez. Voi­là ce qui fait la par­ti­cu­la­ri­té de la Fight Night. Une am­biance convi­viale, pas for­cé­ment concen­trée à  % sur le sport, mais plus sur le fait de pas­ser une soi­rée de fête dans ce cadre très pri­vi­lé­gié. Les com­bats sont eux la ce­rise sur le gâ­teau. Alors évi­dem­ment, ce­lui tant at­ten­du entre les vé­té­rans Greg Tony ( ans) et Bob Sapp ( ans) n’a pas du­ré long­temps. À peine plus d’une mi­nute avant que le se­cond n’aban­donne. Mais qu’im­porte, l’am­biance était au ren­dez-vous. Le pu­blic, dis­cret au dé­but de la soi­rée, est mon­té en puis­sance au fil des com­bats, jus­qu’à se trans­cen­der au mo­ment où le fran­çais Yo­han Li­don met KO son ad­ver­saire et rem­porte la cein­ture de cham­pion du monde.

Un show très vi­suel

Du spec­tacle aus­si, il y en a eu. Avant, pen­dant et après les com­bats. Tout l’es­pace a été pen­sé comme un lieu apo­ca­lyp­tique, am­biance « le jour d’après ». Mais aus­si des cra­cheurs de feu, un map­ping vi­déo (pro­jec­tion d’ani­ma­tions vi­suelles sur les murs de la Ci­ta­delle), des cho­ré­gra­phies de dan­seuses sur le ring, et bien sûr l’en­trée des boxeurs. Une en­trée, c’est l’oc­ca­sion de mon­trer sa per­son­na­li­té pour un combattant. Il choi­sit sa mu­sique, sa te­nue, et tra­verse la foule avec plus ou moins de re­lâ­che­ment. Et tout ce­la ma­gni­fi­que­ment or­ches­tré par le maître de cé­ré­mo­nie d’un soir, le rap­peur Lord Kos­si­ty, qui a sem­blé bien s’amu­ser en usant de sa grosse voix grave pour mettre l’am­biance dans le pu­blic. Un spec­tacle qui a fait le bon­heur du pu­blic, comme Serge et Syl­vie, ra­vis de ce « show à l’amé­ri­caine, à la hau­teur de ce que l’on en­tend sur la Fight Night ». Pour Si­mon, c’était la pre­mière fois. « Im­pos­sible pour moi de ra­ter ça alors que je suis en va­cances dans le coin. Je ne suis pas dé­çu, ça a bien co­gné, il y avait du show ! ». Ils étaient près de  au­tour du ring cette an­née.

La Fight Night c’est d’abord une am­biance aty­pique, tein­tée de vo­lup­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.