Le pre­mier bé­bé pan­da né en France va bien

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/Monde -

Le pre­mier bé­bé pan­da à être né en France est « vi­gou­reux » et « tète sa mère », a ras­su­ré hier le zoo de Beau­val où le pe­tit est né ven­dre­di soir, un quart d’heure après son ju­meau, trop faible, qui n’a pas sur­vé­cu. «Mi­ni-Yuan Zi» pèse 142,4 grammes, soit 21,4 grammes de plus que son ju­meau à la nais­sance. Né à 22h18, le pre­mier-né avait été ra­pi­de­ment écar­té par sa mère au pro­fit de son ju­meau né 14 mi­nutes après. « La pre­mière se­maine est la plus dif­fi­cile car il est en­core très fra­gile », a aver­ti le chef vé­té­ri­naire du zoo Bap­tiste Mu­lot au len­de­main de la nais­sance du pe­tit pan­da, un mâle pré­nom­mé pro­vi­soi­re­ment «Mi­ni-Yuan Zi», du nom de son père bio­lo­gique et com­pa­gnon de la mère, Huan Huan.

Pas vi­sible avant trois mois

Huan Huan (qui si­gni­fie « Joyeuse ») «est une mère très pro­tec­trice, ce qui est très bien », a com­men­té le vé­té­ri­naire. «Le pe­tit est en per­ma­nence sur sa mère» à la­quelle il est re­ti­ré en­vi­ron toutes les deux heures. Il est alors «pla­cé im­mé­dia­te­ment en cou­veuse » où on lui pré­sente un bi­be­ron, a pré­ci­sé le vé­té­ri­naire. Dans la foule des vi­si­teurs es­ti­vaux de Beau­val, les pan­das géants de neuf ans, prê­tés en 2012 par la Chine, sont plus que ja­mais des stars, même si le mâle Yuan Zi (« Fils de ce­lui qui a la tête ronde ») est seul vi­sible, la mère et son bé­bé res­tant confi­nés. Pour voir évo­luer toute la pe­tite fa­mille dans son en­clos, il fau­dra at­tendre au moins trois mois : le temps que le bé­bé pan­da ouvre les yeux, se couvre de poils et prenne des forces. D’ici là, cinq écrans géants re­tra­ce­ront pour les vi­si­teurs la « sa­ga » de Huan Huan et Yuan Zi, prê­tés pour dix ans, et de leur pe­tit.

Bri­gitte Ma­cron se­ra sa mar­raine

La nais­sance d’un bé­bé pan­da est un évé­ne­ment au­tant diplomatique que mé­dia­tique et scien­ti­fique: se­lon l’usage, la pre­mière dame du pays-hôte est mar­raine du nou­veau-né avec son ho­mo­logue chi­noise. La Chine ré­cu­pé­re­ra le bé­bé pan­da de Beau­val d’ici à trois ans, lors­qu’il se­ra se­vré. Bri­gitte Ma­cron s’est dite hier « très heu­reuse » d’être la mar­raine du pre­mier pan­da né en France. L’Ély­sée a an­non­cé au zoo la vi­site de la pre­mière dame «dans les pro­chains mois pour voir le bé­bé », ont in­di­qué le di­rec­teur du zoo de Beau­val, Ro­dolphe De­lord, et sa soeur Del­phine, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion. La Chine choi­si­ra le pré­nom dé­fi­ni­tif et Mme Ma­cron le va­li­de­ra avant de « ve­nir pour la cé­ré­mo­nie of­fi­cielle » au zoo de Beau­val.

Les cri­tiques de la Fon­da­tion Bar­dot

Mais si cet heu­reux évé­ne­ment pro­voque un fort en­goue­ment po­pu­laire, des as­so­cia­tions de pro­tec­tion des ani­maux ont elles es­ti­mé que la place des pan­das était dans la na­ture et non dans un zoo. «Les bé­bés pan­das du zoo de Beau­val se­ront-ils un jour li­bé­rés ? », s’in­ter­roge ain­si la Fon­da­tion Bri­gitte Bar­dot. « L’ur­gence est de pro­té­ger l’ha­bi­tat du pan­da pour as­su­rer sa sur­vie et non d’ex­po­ser, comme un tro­phée, des in­di­vi­dus qui ont peu de chance de se re­trou­ver un jour dans leur mi­lieu na­tu­rel… »

(Pho­tos AFP)

Nom­mé pro­vi­soi­re­ment « Mi­ni-Yuan Zi » en ré­fé­rence à son père (en mé­daillon), le nou­veau-né pèse , grammes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.