SU­PER NA­TIO­NAL DE LA CRAU VAR-MA­TIN Les bou­listes font leur ci­né­ma

Sous une cha­leur étouf­fante, la 1re jour­née du Grand Prix de la Crau s’est dé­rou­lée hier. Le pa­ri est dé­jà réus­si pour les or­ga­ni­sa­teurs, alors qu’une pre­mière grosse sur­prise a frap­pé la com­pé­ti­tion

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Les bou­listes ont pris pos­ses­sion du cen­tre­ville de La Crau pour trois jour­nées de com­pé­ti­tion, à l’oc­ca­sion du su­per Na­tio­nal de jeu provençal. Hier ma­tin, pour le dé­but des hos­ti­li­tés, 162 tri­plettes étaient sur la ligne de dé­part. Un nombre im­pres­sion­nant pour la pre­mière édi­tion de ce Grand Prix de La Crau/Var­ma­tin. «C’est un ex­cellent ré­sul­tat, nous sommes très heu­reux», confiait ce­lui qui rê­vait d’un tel évé­ne­ment, Mo­mon Gil­bert, pré­sident de la Boule Fleu­rie Crau­roise. Les grands moyens s’im­po­saient donc : 98 ter­rains de boules étaient re­par­tis entre le par­king Jean-Mou­lin, le stade, les places Jean-Jau­rès et Fe­lix-Rey­naud. La ca­ni­cule qui s’abat sur le Var de­puis jeu­di était par­fois dif­fi­cile à gé­rer, sur­tout pour les ter­rains pla­cés au stade et sur le par­king, en plein ca­gnard. Cas­quettes et cha­peaux étaient donc de sor­tie, alors que les bou­teilles d’eau bien fraîches se ven­daient comme des pe­tits pains au snack «Chez Toine». Les or­ga­ni­sa­teurs avaient éga­le­ment intelligemment an­ti­ci­pé ces condi­tions par­ti­cu­lières, en ins­tal­lant un stand de se­cou­ristes sur la place Fe­lix-Rey­naud. Cette der­nière pos­sède l’avan­tage d’être as­sez om­bra­gée, et le coeur du tour­noi s’y trouve avec no­tam­ment les an­nonces au mi­cro.

Les fa­vo­ris au ta­pis

Autre sa­tis­fac­tion pour les che­villes ou­vrières du tour­noi : plu­sieurs di­zaines de spec­ta­teurs as­sistent aux nom­breux matchs, avec ré­gu­liè­re­ment des com­men­taires tru­cu­lents quand on laisse traî­ner l’oreille... «Ils viennent vrai­ment de prendre 13-0 ? Alors eux, ils sont meilleurs à l’apé­ro qu’aux boules !» Sur le ter­rain, l’am­biance est convi­viale, mais la com­pé­ti­tion prend peu à peu le des­sus. Il faut dire que le moindre faux-pas ne par­donne pas, car le tour­noi se joue sous forme d’éli­mi­na­tion di­recte. L’en­jeu est éga­le­ment de taille : l’équipe qui rem­por­te­ra le tour­noi se ver­ra qua­li­fiée d’of­fice pour les mas­ters. De nom­breux cham­pions de France sont d’ailleurs en lice, et la lutte pro­met d’être in­tense. Elle l’était d’ailleurs dès hier, avec quelques par­ties très ac­cro­chées. Et lors du 2e tour, un pre­mier coup de tonnerre a re­ten­ti, avec l’éli­mi­na­tion de la tri­plette fa­vo­rite Mi­ckaël Mar­ti­ni, Yo­hann Sé­gui et Guy Vic­tor, sor­tie par Fran­çois Pi­sa­ni, Ch­ris­tian Bee et Gilles Ca­tu­re­gli (11-13). Les choses sé­rieuses re­prennent au­jourd’hui à par­tir de 9 h, avec les 16es de fi­nale, puis les 8es et les quarts dans la fou­lée. Clap de fin lun­di avec les de­mis, et la fi­nale en noc­turne, à 21h.

Textes : Ma­théo GESLAN Pho­tos : Va­lé­rie LE PARC

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.