Drame pas­sion­nel

Pas­cal Bien­ve­nu a été tué chez lui dans la nuit de sa­me­di, ain­si que son ami Gef­fries Oc­ca­so, par un policier de la BAC de Tou­lon en ar­rêt ma­la­die de­puis juin.

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page -

Ils avaient tous deux faits leurs classes à Cogolin. Ils étaient même nés tous les deux à Gas­sin, à quelques jours d’in­ter­valle, en fé­vrier . C’est toute la ville qui était aba­sour­die par la nou­velle hier. En at­testent les di­zaines et di­zaines de té­moi­gnages de Co­go­li­nois pu­bliés sur les ré­seaux so­ciaux et re­çus à la ré­dac­tion. Pas­cal Bien­ve­nu était sa­peur-pom­pier vo­lon­taire, de­puis long­temps, à la ca­serne de Cogolin. Il était aus­si un fervent bra­va­deur, Ma­jor en . Le qua­dra­gé­naire, qui tra­vaillait à l’ate­lier mé­ca­nique de la Com­mu­nau­té de com­munes du Golfe, avait trois en­fants.

Gef­fries Oc­ca­so (Jef­frey sur les ré­seaux, sur­nom­mé « Jeff » par tous ses amis), était lui aus­si is­su d’une vieille fa­mille co­go­li­noise. Ma­çon, il était père d’une jeune ado­les­cente. Vic­time col­la­té­rale de ces ter­ribles évé­ne­ments, il est mort pour avoir vou­lu ar­rê­ter la fo­lie meur­trière de Da­niel Ar­naud, qui ve­nait d’abattre son ami. Une mort en hé­ros.

(Pho­to Fa­ce­book)

Gef­fries Oc­ca­so.

(Pho­to Fa­ce­book)

Pas­cal Bien­ve­nu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.