F : ta­pis rouge chez Sau­ber ?

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - G. L.

« Même si je m’at­ten­dais à le voir très com­pé­ti­tif d’em­blée, j’ai été sur­pris par ses fa­cul­tés d’adap­ta­tion, no­tam­ment en ce qui concerne la ges­tion de la dé­gra­da­tion des pneu­ma­tiques en course. Dé­bu­ter en F, c’est tout sauf simple, a for­tio­ri avec un co­équi­pier qui dé­couvre éga­le­ment la dis­ci­pline (l’Ita­lien An­to­nio Fuo­co, lui aus­si pi­lote de la Fer­ra­ri Driver Aca­de­my, ac­tuel­le­ment e du cham­pion­nat FIA F, ndlr). Mais au­jourd’hui, Charles n’a rien à en­vier aux re­dou­blants les plus ex­pé­ri­men­tés. Pour moi, au­cun doute, il s’agit d’un pi­lote de la trempe d’Ha­mil­ton et Vers­tap­pen. Il peut gra­vir la der­nière marche main­te­nant. Fran­che­ment, si j’étais à la place des dé­ci­deurs de Fer­ra­ri, je n’hé­si­te­rais pas long­temps... » Guillaume Ca­piet­to sait de quoi il parle. Na­tif de Nice, l’in­gé­nieur d’ex­ploi­ta­tion de Charles Le­clerc chez Pre­ma Ra­cing a col­la­bo­ré avec plu­sieurs poin­tures du pad­dock F par le pas­sé, en GP (Ha­mil­ton, Hül­ken­berg, Van­doorne) et F (Vet­tel, Bot­tas), lors­qu’il oeu­vrait dans le staff de l’équipe fran­çaise ART Grand Prix. Au­jourd’hui, il n’est pas seul à pen­ser que le pro­dige mo­né­gasque mé­rite une chance au top ni­veau tout de suite, loin s’en faut. Con­vié à tes­ter la SF-H e du Grand Prix de Hon­grie  heures plus tôt aux mains de Ki­mi Räikkö­nen, mar­di der­nier à Bu­da­pest, le lea­der du cham­pion­nat FIA F a en­core une fois im­pres­sion­né les ob­ser­va­teurs. Après  tours ron­de­ment me­nés, son pre­mier rou­lage à bord d’une F mil­lé­sime  s’est en ef­fet conclu en haut du clas­se­ment, de­vant la McLa­ren de Stof­fel Van­doorne et la Mer­cedes de Valt­te­ri Bot­tas. « Comme j’adore at­ta­quer, cette mo­no­place plus per­fec­tion­née que ses de­van­cières en terme d’aé­ro me convient bien », sa­voure-t-il. « J’étais sur un nuage et je n’avais pas en­vie de re­des­cendre ! Mais le plus im­por­tant, c’est que les in­gé­nieurs ont ap­pré­cié mon job. Le chro­no a été si­gné avec des pneus ‘‘soft’’, pas les plus tendres. Il s’agit d’un temps très cor­rect, es­timent-ils. »

Gio­vi­naz­zi lorgne le même vo­lant...

Sans sur­prise, le nom du très pro­bable suc­ces­seur de Pierre Gas­ly au pal­ma­rès de la F fi­gure en bonne place dans une ru­brique des trans­ferts qui tourne à plein ré­gime en ce mo­ment. La Scu­de­ria n’ayant pas l’ha­bi­tude de ti­tu­la­ri­ser des dé­bu­tants - en cours de né­go­cia­tion, les contrats de Vet­tel et Räikkö­nen de­vraient être pro­lon­gés pour  -, l’ave­nir de l’étoile mon­tante de la ga­laxie rouge semble se des­si­ner du cô­té de chez Sau­ber. L’écu­rie suisse vient en ef­fet de pro­lon­ger son par­te­na­riat tech­nique avec Ma­ra­nel­lo. Ses mo­no­places se­ront pro­pul­sées par des mo­teurs Fer­ra­ri  l’an pro­chain. En outre, elle est de­puis peu di­ri­gée par le Fran­çais Fré­dé­ric Vas­seur, co­pro­prié­taire avec Ni­co­las Todt - le ma­na­ger de Le­clerc - de l’écu­rie ART au sein de la­quelle ce­lui-ci a dé­cro­ché le titre GP l’an der­nier. Deux fac­teurs fa­vo­rables... Tou­te­fois, un autre pi­lote Fer­ra­ri lorgne le même vo­lant en la per­sonne d’An­to­nio Gio­vi­naz­zi. L’Ita­lien de  ans connait bien le team hel­vète puis­qu’il a dis­pu­té les deux pre­miers GP  (Aus­tra­lie, Chine) à la place de Pas­cal Wehr­lein, in­dis­po­nible. Wait and see...

Le­clerc et Vas­seur réunis chez Sau­ber ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.