Fi­nances: la ville est sor­tie du «ré­seau d’alerte»

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-tropez - S. CHAUDHARI

Bonne nou­velle pour les Ca­va­lai­rois: la com­mune, pla­cée de­puis 2014, sort en­fin de la liste des com­munes en dif­fi­cul­tés fi­nan­cières. La nou­velle est ar­ri­vée au coeur de l’été, par cour­rier des ser­vices de la Pré­fec­ture. Un vrai sou­la­ge­ment pour la ville. « Au vu de deux an­nées po­si­tives, le tré­so­rier prin­ci­pal de Saint-Tro­pez, M. San­gui­net­ti, nous avait dit en dé­but d’an­née que nous au­rions de grandes chances d’en sor­tir. Là, c’est écrit noir sur blanc », ex­plique le maire Phi­lippe Leo­nel­li, avec le sou­rire.

Une dette à  M d’eu­ros

La ville était en­trée sur la liste « noire », en rai­son d’un dé­fi­cit im­por­tant de sa ca­pa­ci­té d’au­to­fi­nan­ce­ment, at­teint sous l’an­cienne mu­ni­ci­pa­li­té, et éva­lué à 1,1 M d’€ .« C’est ce qui nous man­quait pour ré­équi­li­brer le bud­get. Et le gros pro­blème, c’est qu’on ne pou­vait même plus payer la dette », ex­plique-t-il. « On met­tait 15 ans à rem­bour­ser la dette, alors que la moyenne na­tio­nale est de 6-7 ans », pré­cise Oli­vier Vas­seur, res­pon­sable du ser­vice Fi­nances et Comp­ta­bi­li­té. Si la si­tua­tion avait per­du­ré, la ville au­rait été pla­cée sous la tu­telle de la pré­fec­ture, qui au­rait li­mi­té les dé­penses au strict mi­ni­mum obli­ga­toire : rem­bour­se­ment de l’em­prunt, sa­laires des fonc­tion­naires. Plus ques­tion d’ani­ma­tions dans la Ville… Les ser­vices mu­ni­ci­paux ont dû éta­blir un plan de re­dres­se­ment. Qui porte ses fruits au­jourd’hui. La ca­pa­ci­té d’au­to­fi­nan­ce­ment est, au­jourd’hui, de l’ordre de 1 M d’€. La dette, elle est pas­sée de 18 à 16 M d’€ et de­vrait tom­ber à 15 M d’€ d’ici à la fin de l’an­née. Pour y par­ve­nir, la Ville a dû se ser­rer la cein­ture, à tous les ni­veaux (car­bu­rant, eau, usage de té­lé­phone por­table, etc.), 300 000 eu­ros d’éco­no­mies sur trois ans ont été réa­li­sés au titre des frais de ca­bi­net du maire, ou le non­rem­pla­ce­ment de deux agents, dé­sor­mais re­trai­tés. La com­mune a au­jourd’hui re­trou­vé la confiance des banques, ce qui per­met­tra sans doute de lan­cer une po­li­tique d’in­ves­tis­se­ment. Pour l’an pro­chain, de nom­breuses in­ter­ro­ga­tions sub­sistent, au vu de la baisse de la sub­ven­tion de l’État (la DGF) et des nou­velles lois fi­nan­cières en pré­pa­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.