Vé­ro­nique San­son ac­cla­mée pour la pre­mière soi­rée des Aoû­tiennes

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L'été - MA­RION CAZANOVE

Un ton­nerre d’ap­plau­dis­se­ments ac­com­pagne l’en­trée en scène de Vé­ro­nique San­son, dans le stade De­fer­rar­ri, trans­for­mé pour le fes­ti­val des Aoû­tiennes, en scène gi­gan­tesque. La pres­ta­tion d’une lé­gende de la chan­son française, ça se mé­rite ! Mal­gré les fortes bour­rasques de vent, le pu­blic était au ren­dez­vous, hier soir. En tout, 2 500 per­sonnes se sont pres­sées dans les tra­vées du stade ban­do­lais, en­ca­pu­chon­nés dans leurs dou­dounes. Dès 18 heures dé­jà, les par­kings étaient pleins à cra­quer, les voi­tures bou­chon­naient: il fal­lait s’ar­mer de pa­tience pour en­fin pé­né­trer dans le stade. Et dire que le concert a man­qué d’être annulé à cause de la mé­téo ! La soi­rée a com­men­cé avec une pre­mière par­tie de la jeune ar­tiste Ho­shi et ses titres aci­du­lés, ac­com­pa­gnée de sa gui­tare. Puis, So­phie Ta­pie – fille de Ber­nard – avec ses textes rock et coun­try. Le pu­blic a pu se ré­chauf­fer en im­pro­vi­sant quelques pas de danse, dans la bonne hu­meur mal­gré le souffle du mis­tral. A 22 heures, la nuit em­brasse com­plè­te­ment la scène et le port der­rière elle. Sur la col­line au-des­sus, les lu­mières des im­meubles scin­tillent avec les pro­jec­teurs de la scène. Vé­ro­nique San­son, toute de noir vê­tue, fait son en­trée. Avec sa voix ve­lou­tée, elle in­ter­prète son nou­vel al­bum sor­ti le 4 no­vembre der­nier, Dignes, Dingues, Donc,..., du même titre par le­quel elle en­tame le concert. « Vous m’avez man­qué pen­dant ces mois », dé­clare-t-elle à son pu­blic. Elle an­nonce chaque chan­son avec son éner­gie et son en­train ha­bi­tuels, sa che­ve­lure blond pla­tine au vent. Elle in­ter­prète no­tam­ment sa cé­lèbre bal­lade Be­soin de per­sonne, sa­luée par les spec­ta­teurs. Des textes émou­vants ou plus railleurs qui rap­pellent, quelque part, la poé­sie et le ta­lent de Mi­chel Ber­ger, qui a long­temps com­po­sé pour elle.

Son­ny et Isa­belle viennent de Tou­lon ; ils ont eu du mal à se ga­rer et ont bien froid de­puis leur 25e rang, mais en prennent plein les yeux « C’est vrai­ment trop bien ! On en­tend bien mal­gré le vent, c’est du grand Vé­ro­nique. Elle est ma­jes­tueuse au pia­no, elle nous trans­porte avec sa voix et son pia­no », s’ex­ta­sient-ils. Il y a aus­si des guests comme Ma­nuel Valls – son épouse, vio­lo­niste, joue sur scène – ain­si que Ber­nard Ta­pie ou Axel Bauer.. Le concert bat son plein. Lu­mières roses, do­rées, bleu­tées… A chaque chan­son, son am­biance par­ti­cu­lière, joyeuse ou plus in­time. Der­rière son pia­no, elle est sur­vol­tée, s’ac­corde de pe­tits so­los. Sa voix prend de la puis­sance, ses mu­si­ciens la suivent dans un groove sur­vi­ta­mi­né. Un ré­per­toire va­rié de ses plus grands suc­cès à ses chan­sons les moins connues et les plus in­times. Elle enchaîne avec Ces mo­ments­là, son nou­veau titre en­ga­gé, fé­mi­niste, très rock, qui ré­chauffe le pu­blic. Vé­ro­nique San­son en pro­fite pour sa­luer la mé­moire de Si­mone Veil, qui l’a beau­coup ins­pi­rée, puis enchaîne avec un titre aux notes orien­tales pour ré­chauf­fer le stade. Les notes s’en­volent, puis­santes, su­bli­mées par la voix en­voû­tante d’une Vé­ro­nique San­son dé­ci­dé­ment très en forme, dans son pan­ta­lon de cuir fa­çon croo­neuse. Elle vit chaque chan­son avec in­ten­si­té, ra­conte son his­toire, com­plice avec ses mu­si­ciens. Et je l’ap­pelle en­core touche le pu­blic qui chan­tonne avec elle ce texte dé­chi­rant et sa mé­lo­die au pia­no qui trot­te­ra en­core long­temps dans les têtes. A 68 ans, la chan­teuse offre un show gé­né­reux à un pu­blic ra­vi, scot­ché à ses lèvres. « Il faut que j’ar­rête de par­ler, je suis très très ba­varde », plai­sante-t-elle. Té­lé­phones et ap­pa­reils pho­tos sont bran­dis à bout de bras pour im­mor­ta­li­ser le mo­ment. Quelques spec­ta­teurs, de plus en plus nom­breux, se pressent de­vant les bar­rières pour voir de plus près le show de l’in­ter­prète aux 15 al­bums. Le fes­ti­val a en­core de beaux jours de­vant lui « C’est le dé­but d’une longue aven­ture, pour au moins trois ans avec les Aoû­tiennes », a an­non­cé le maire, Jean-Paul Jo­seph, qui a inau­gu­ré le fes­ti­val. « C’est le ré­sul­tat d’un an de tra­vail avec le P.-D.G du groupe Ni­ce­ma­tin Jean-Marc Pas­to­ri­no, l’équipe mu­ni­ci­pale et Jean-Fran­çois Rou­baud du groupe Ni­ce­Ma­tin ». Une soi­rée bat­tue par vents et bour­rasques mais sur­tout en­chan­tée par une Vé­ro­nique San­son ma­gis­trale et un nou­vel al­bum à son image...

(Pho­tos Va­lé­rie Le Parc)

Très en forme, la chan­teuse a li­vré un show très gé­né­reux hier soir à Bandol, après deux pre­mières par­ties, dont celle de So­phie Ta­pie (ci-des­sous)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.