Le fa­cé­tieux si­len­cieux

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Ar­ri­vé en 2013 sur le Ro­cher, Joao Mou­tin­ho cultive à la fois un rap­port à la lu­mière très par­ti­cu­lier, no­tam­ment à la presse, alors qu’il est un vé­ri­table tru­blion en in­terne. Double pas­seur dé­ci­sif contre Tou­louse pour l’ou­ver­ture du cham­pion­nat, Joao Mou­tin­ho a bien dé­bu­té sa sai­son alors qu’il n’a re­pris l’en­traî­ne­ment que le 24 juillet. Face à la presse, l’homme est tai­seux, ac­corde peu d’en­tre­tiens in­di­vi­duels et n’a pas fait de l’exer­cice de la zone mixte sa marque de fa­brique. On pour­rait croire le gar­çon triste, fer­mé, calme.

« C’est un ga­min »

La réalité est bien dif­fé­rente à en croire ses co­équi­piers, à com­men­cer par Tho­mas Le­mar : «Mou­tin­ho, c’est le pire. C’est un père de fa­mille, il a 30 ans mais c’est un ga­min (rires). Une fois on se dé­cras­sait tran­quille­ment après un gros match, on trot­ti­nait au­tour du ter­rain et il m’a cho­pé les deux che­villes par-der­rière et je suis tom­bé di­rect en avant. Il est constam­ment comme ça ». Cer­tains se sou­viennent d’ailleurs de la soi­rée du titre de cham­pion de France où la lé­gende af­firme que Joao Mou­tin­ho fut l’un des meilleurs sol­dats de la nuit avec Ben­ja­min Men­dy, Na­bil Di­rar et Tié­moué Ba­kayo­ko. « C’est un mec qui met l’am­biance dans le ves­tiaire, on ne croi­rait pas de l’ex­té­rieur mais il est tou­jours là à ca­cher des trucs, à faire des blagues de ma­lin », dé­taillait Va­lère Ger­main peu après le titre en mai der­nier. Tru­blion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.