Moins de contraintes sur les plages à l’ho­ri­zon ?

Les risques de sub­mer­sions ma­rines, liés au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, se­raient moins grands que pré­vu se­lon une étude pré­sen­tée jeu­di aux élus du Syn­di­cat des com­munes du lit­to­ral va­rois

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - MATHÉO GESLAN

La réunion an­nuelle du Syn­di­cat des com­munes du lit­to­ral va­rois (SCLV) s’est te­nue jeu­di soir, à l’hô­tel de ville du La­van­dou. Le SCLV a no­tam­ment fait le point sur le très contro­ver­sé « Dé­cret Plage », qui en­tend ré­duire le nombre d’éta­blis­se­ments ins­tal­lés sur les plages et les contraint à de lourds tra­vaux pour de­ve­nir dé­mon­tables. Les maires et élus des 30 com­munes du syn­di­cat étaient ain­si réunis, en com­pa­gnie de quelques per­son­na­li­tés comme Fré­dé­ric Cu­vi­lier, an­cien mi­nistre dé­lé­gué aux Trans­ports, à la Mer et à la Pêche, et Syl­vie Hous­pic, se­cré­taire gé­né­rale de la pré­fec­ture du Var. Cette der­nière a as­su­ré son to­tal en­ga­ge­ment contre les risques de sub­mer­sions ma­rines. « Il y a un risque, nous le par­ta­geons et nous l’an­ti­ci­pons en­semble. Il faut s’adap­ter aux chan­ge­ments cli­ma­tiques », a-telle af­fir­mé.

Une étude qui change la donne

Le dia­logue a été construc­tif, et Da­vid Bar­jon, di­rec­teur dé­par­te­men­tal des Ter­ri­toires et de la Mer du Var, a te­nu à ras­su­rer ses in­ter­lo­cu­teurs. En ef­fet, une étude menée par le Bu­reau de Re­cherche Géo­lo­giques et Mi­nières (BRGM), en cours de fi­na­li­sa­tion, donne des ré­sul­tats en­cou­ra­geants avec un ni­veau d’eau en-des­sous de ce qui était an­non­cé. Lorsque le bi­lan se­ra va­li­dé dans les pro­chains mois, les contraintes pour­ront donc être al­lé­gées pour les col­lec­ti­vi­tés. Le risque de sub­mer­sions ma­rines se­ra ain­si an­ti­ci­pé pré­ci­sé­ment, alors que jus­qu’à pré­sent la pré­fec­ture émet­tait un por­ter à connais­sance gé­né­ral, ne fai­sant pas état de la spé­ci­fi­ci­té lit­to­rale de chaque com­mune. Une bonne nou­velle donc.

« Pas de pa­nique »

Tous les par­ti­ci­pants à cette réunion avaient sur leur table un rap­port de la chambre de com­merce et d’In­dus­trie (CCI) du Var sur l’éco­no­mie du sable. L’en­quête ve­nait donc ajou­ter de l’eau au mou­lin aux in­quié­tudes des élus, avec certains chiffres élo­quents. Si le sable ve­nait à dis­pa­raître dans le Var, 38 000 em­plois se­raient me­na­cés et 2,1 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires se­raient per­dus. Gil Ber­nar­di, maire du La­van­dou et pré­sident du syn­di­cat, a rap­pe­lé que la ré­flexion se porte sur le très long terme, à l’ho­ri­zon 2100. « C’est un su­jet pas­sion­nant, mais pas de pa­nique », a-t-il souf­flé. La seule vraie in­quié­tude concerne les do­maines por­tuaires, qui risquent d’être concer­nés dans un ave­nir proche.

(Pho­to ar­chive Var-ma­tin)

Si le sable ve­nait à dis­pa­raître dans le Var,   em­plois se­raient me­na­cés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.