Fi­pro­nil: le scan­dale touche l’Es­pagne et Hong Kong

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/monde -

Achaque jour, son lot de ré­vé­la­tions dans le scan­dale du fi­pro­nil. Hier, on a ain­si ap­pris que deux pays sup­plé­men­taires étaient tou­chés : Hong Kong, qui n’a pas tou­te­fois pas don­né d’in­di­ca­tions chif­frées sur le su­jet, et où les au­to­ri­tés lo­cales ont en consé­quence an­non­cé un ren­for­ce­ment des contrôles ; et l’Es­pagne, où un lot de «20000 uni­tés d’oeufs li­quides pas­teu­ri­sés» conta­mi­nés a été dé­cou­vert dans une en­tre­prise agroa­li­men­taire du Pays basque, dans le nord du pays. Ces der­niers « n’avaient pas en­core été uti­li­sés » et ils se­ront tous dé­truits, a af­fir­mé un porte-pa­role du dé­par­te­ment de la san­té du gou­ver­ne­ment ré­gio­nal sous cou­vert de l’ano­ny­mat. Leur ori­gine est in­con­nue, mais cer­tains mé­dias es­pa­gnols sug­gé­raient qu’ils avaient été im­por­tés de France.

Dix-huit pays au to­tal

Au to­tal, ce sont donc dé­sor­mais pas moins de 18 pays où des oeufs sus­pects

(1) (frais, cuits ou sous forme li­quide) ont été dis­tri­bués. Une crise qui a ame­né la Com­mis­sion eu­ro­péenne à convo­quer les pays de l’UE concer­nés : une réunion des mi­nistres et des re­pré­sen­tants des agences de sé­cu­ri­té ali­men­taire au­ra lieu, « dès que l’en­semble des faits se­ra à notre dis­po­si­tion», soit a prio­ri le 26 sep­tembre, a in­di­qué le com­mis­saire eu­ro­péen à la San­té Vy­te­nis An­driu­kai­tis. Et d’aver­tir: «Nous de­vons tra­vailler en­semble pour ti­rer les le­çons né­ces­saires et avan­cer plu­tôt que perdre de l’éner­gie à dé­si­gner des cou­pables. » Car au fur et à me­sure que le scan­dale s’ac­croit, les dif­fé­rentes ca­pi­tales ont ten­dance à se re­je­ter mu­tuel­le­ment la faute.

Ca­co­pho­nie eu­ro­péenne

L’Al­le­magne et la France ont ain­si ver­te­ment tan­cé la Bel­gique et les Pays-Bas, où l’af­faire a écla­té. La Bel­gique, elle, a ac­cu­sé les Pays-Bas d’avoir trai­té avec lé­gè­re­té une in­for­ma­tion ano­nyme re­çue en no­vembre 2016 sur l’uti­li­sa­tion de fi­pro­nil dans les éle­vages néer­lan­dais. Le lan­ceur d’alerte à l’ori­gine du ren­sei­gne­ment, Nick Herm­sen, a en­fon­cé le clou en ra­con­tant ven­dre­di aux mé­dias qu’il avait nom­mé­ment dé­si­gné les deux en­tre­prises à l’ori­gine de la fraude: le dis­tri­bu­teur de pro­duits sa­ni­taires belge Poul­try-Vi­sion et la firme de dés­in­sec­ti­sa­tion Chi­ckF­riend.

Les en­quêtes pro­gressent

Dans le vo­let ju­di­ciaire du scan­dale, deux di­ri­geants de cette der­nière so­cié­té, soup­çon­née d’avoir « ap­pli­qué le pro­duit dans les éle­vages avi­coles » ,ont été ar­rê­tés jeu­di aux Pays-Bas, où la jus­tice a aus­si dans son col­li­ma­teur «le com­mer­çant» qui a dis­tri­bué du fi­pro­nil dans le pays. En Bel­gique, l’en­quête cible dé­sor­mais 26 per­sonnes et en­tre­prises sus­pectes, dont des vétérinaires, se­lon les mé­dias. Près de 6000 litres «de pro­duits in­ter­dits» – du fi­pro­nil se­lon les mé­dias – ont été sai­sis en juillet chez Poul­try-Vi­sion, a pré­ci­sé la jus­tice. 1. Bel­gique, Pays-Bas, Luxem­bourg, Al­le­magne, France, Ita­lie, Es­pagne, Royaume-Uni, Ir­lande, Suisse, Au­triche, Po­logne, Rou­ma­nie, Slo­va­quie, Slo­vé­nie, Suède, Da­ne­mark et Hong Kong.

(Pho­to MaxPPP/EPA)

Mes­sage d’aver­tis­se­ment as­su­rant que les oeufs ne pro­viennent pas des Pays-Bas, dans un su­per­mar­ché de Hong Kong, hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.