« En 1998, Bré­sil ou pas, on était in­vin­cibles… »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Rencontre -

Et dire qu’il a été vi­ré du centre de for­ma­tion de Tou­lon et qu’il n’a dû sa car­rière de foot­bal­leur qu’à une pe­tite an­nonce dans France Foot­ball ! Le voi­là qui de­vient cham­pion du monde 1998. Après un match « des coif­feurs » (un comble pour lui) en poule, Le­boeuf est ap­pe­lé à sup­pléer Laurent Blanc en fi­nale. «On for­mait un tel groupe, je pense qu’on était in­vin­cibles. Après des matches dif­fi­ciles, le Bré­sil est de­ve­nu fa­cile. » Frank garde néan­moins un sou­ve­nir « am­bi­gu » de cette soi­rée. À cause des doutes sur sa ca­pa­ci­té à

as­su­rer. « J’avais été élu meilleur dé­fen­seur en An­gle­terre avec Chel­sea, je sa­vais ce que je va­lais et j’avais confiance en mes co­équi­piers, même si la ré­ci­proque fut moins fla­grante… » Et d’une pho­to après la de­mie dans les bras de Bi­lic, le joueur Croate qui avait pro­vo­qué le car­ton rouge de Blanc. « Je n’avais même pas vu l’ac­tion, ça n’a rien à voir. Bi­lic m’a juste dit : “bonne chance pour la fi­nale”, et la presse me l’a fait payer. Mais tout ça, c’est du pas­sé ». L’ave­nir ? « L’équipe de France me plaît bien. Elle re­trouve des va­leurs spor­tives et ci­viques, le sens du de­voir et la conscience du pri­vi­lège, un état d’es­prit qui va avec les ré­sul­tats. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.