Ar­ti­gnosc s’em­balle

Chaque an­née pen­dant deux jours, le vil­lage per­ché aux confins du Var est en fête. Une cen­taine de joueurs par­ti­cipent à la coupe du monde de paume ar­ti­gnos­caise. Une tra­di­tion bien an­crée

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Ar­ti­gnosc-sur-Ver­don, vil­lage du haut Var per­ché à 515 mètres au-des­sus de la ri­vière. La route qui le tra­verse passe de­vant l’église ro­mane du XIe siècle. Là, sur la place, un drôle de ma­nège, peut-être fil­mé par la ca­mé­ra de vi­déo­sur­veillance. Des jeunes ont pris pos­ses­sion de la chaus­sée, sur la place, à l’ombre des pla­tanes. Ils s’échauffent en vue de la coupe du monde de paume ar­ti­gnos­caise. Si, si. « C’est un nom pour rire », as­sure-t-on au sein de l’or­ga­ni­sa­tion de cet évé­ne­ment, qui at­tire quelque 300 cu­rieux jus­qu’à ce soir et ponc­tue une se­maine de fête lo­cale. « C’est un week-end qui fait re­vivre et ra­jeu­nir le vil­lage. Nous, c’est notre plus grosse se­maine de l’an­née », té­moigne Mar­tin, le bar­man de l’au­berge toute proche, qui offre sou­vent des gla­çons pour les joueurs aux mains bles­sées. « Ça peut pa­raître ri­go­lo, mais c’est très phy­sique », as­sure ce jeune Belge. Une pe­tite cen­taine de joueurs par­ti­cipe cette an­née au tour­noi du week-end. Un chiffre proche du re­cord at­teint l’an der­nier, qui té­moigne que cette pra­tique an­ces­trale a fait bien plus qu’en­trer dans l’ADN d’Ar­ti­gnosc, l’un des der­niers vil­lages pro­ven­çaux à se pas­sion­ner pour ce jeu. On y re­cen­se­rait une tren­taine d’adeptes ré­gu­liers.

« Des va­leurs in­croyables »

L’AIPA porte bien son nom :

(1) elle ac­cueille cette an­née une dé­lé­ga­tion de six An­glais, qui pra­tiquent une dis­ci­pline si­mi­laire (le Eton Five), elle aus­si dé­ri­vée du jeu de paume ou de la pe­lote. Dans le haut Var, cette tra­di­tion se per­pé­tue grâce à plu­sieurs fa­milles. Celles de Mar­cel Per­ri­mon, le doyen qui ap­proche les 90 ans. De Da­niel Dau­mas, qui a re­lan­cé un tour­noi dans les an­nées 90 et dont le pe­tit-fils, Gas­pard, a rem­por­té plu­sieurs coupes du monde… Il y a aus­si les Bian­chi, qui conti­nuent la trans­mis­sion entre les gé­né­ra­tions (lire ci-des­sous). « Ce jeu a des va­leurs in­croyables : le res­pect, puisque les joueurs s’ar­bitrent eux-mêmes, la fra­ter­ni­té, l’ami­tié, l’éga­li­té… Et il y a de l’en­ga­ge­ment phy­sique. Il faut de la tech­nique, de la puis­sance, de la sou­plesse. Les ap­puis sont dif­fi­ciles sur le gou­dron », dé­crit Oli­vier Bian­chi, pré­sident de l’AIPA et joueur ex­pé­ri­men­té. Lui aus­si va ten­ter de rem­por­ter « sa » coupe du monde, dont le tro­phée est dé­dié à Mi­kaël Fran­çois, un cham­pion dé­cé­dé l’an der­nier à 23 ans dans un ac­ci­dent en mon­tagne. Les vain­queurs, ce soir, sou­lè­ve­ront aus­si un bou­clier peint par une ar­tiste lo­cale. « Nous ne pou­vons être hu­mains qu’en­semble », y a-t-elle ins­crit en lettres ca­pi­tales. Ce qui ré­sume à mer­veille l’es­prit de la paume ar­ti­gnos­caise. Le fair-play avant tout.

1. As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale de paume ar­ti­gnos­caise, qui or­ga­nise le tour­noi. Rens. : www.aipa.fr ; page Fa­ce­book « paume ar­ti­gnos­caise »

Textes : Guillaume Ra­the­lot Pho­tos : Dy­lan Meif­fret

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.