Sa­ga­more Sté­ve­nin, ju­ré aux An­ti­podes

Ren­contres avec trois ju­rés por­teurs de trois riches uni­vers au Fes­ti­val des An­ti­podes, qui pro­pose gra­tui­te­ment jus­qu’à di­manche soir un pa­no­ra­ma du meilleur en ma­tière de ci­né­ma ve­nu d’ailleurs

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - TEXTES : LAURENT AMALRIC PHO­TOS : PHI­LIPPE AR­NAS­SAN

Pa­ri­sien, Sa­ga­more Sté­ve­nin n’en connaît pas moins bien la pres­qu’île. Ne se­rait-ce que pour sa re­la­tion avec feu Pierre Grim­blat, ja­dis ré­sident ra­ma­tuel­lois, pour le­quel il tour­na Li­sa... In­di­rec­te­ment un autre per­son­nage lie le fils de Jean-Fran­çois Sté­ve­nin au dé­cor tro­pé­zien au sein du­quel il prend place cet après-mi­di-là, ju­ché sur le roof­top de l’Hô­tel de Pa­ris…

Étant don­né les lieux, im­pos­sible de ne pas com­men­cer par Ro­ger Va­dim…

Oui, c’est un peu Et Va­dim… créa

Saint-Tro­pez, non ? (rire) J’ai tour­né deux fois sous sa di­rec­tion (en  et , Ndlr). J’avais - ans… Il était dans la trans­mis­sion. J’étais im­pres­sion­né par sa culture, ce mé­lange de vies, l’époque qu’il re­pré­sen­tait…

La vôtre au sein de la sé­rie Fal­co est-elle ter­mi­née?

Oui. J’ai ap­pris beau­coup de choses sauf qu’à un mo­ment don­né j’ai es­ti­mé que je n’avais plus ma place. Je re­grette que la sé­rie n’ait pas conti­nué sans moi mais je de­vais par­tir pour prendre d’autres risques.

Quel genre de risques ?

Écrire et mon­ter mon propre film. Là, je cherche l’oseille ! J’ad­mire le ci­né­ma de Ver­neuil, Mel­ville… J’ima­gine un wes­tern mo­derne, un thriller fa­mi­lial… Ça s’ap­pel­le­ra

La Danse de l’ours en hom­mage à James Crum­ley (au­teur U.S qui a si­gné un livre du même nom, Ndlr).

Ren­fi­ler la com­bi­nai­son de Mi­chel Vaillant, mis­sion im­pos­sible ?

Je suis de la gé­né­ra­tion Bes­son

(scé­na­riste et pro­duc­teur du film,

Ndlr) qui a mis fin à la Nou­velle Vague et je m’en ré­jouis, mais là on était ty­pi­que­ment dans le film qui avait le cul entre deux chaises... Un gros bud­get qui vi­sait à la fois les fans d’une sé­rie BD très ré­tro tout en cas­sant sa struc­ture pour l’adap­ter au pu­blic d’au­jourd’hui. À l’ar­ri­vée, on ob­tient un pro­duit tiède… Ce n’est pas non plus le tour­nage qui m’a ren­du le plus heu­reux…

Vous avez tour­né entre autres Er­rance avec Be­noît Ma­gi­mel. Ce titre ré­sume-t-il ce qu’il tra­verse ?

Nous étions à la ma­ter­nelle en­semble... Je ne me per­mets pas de por­ter un ju­ge­ment sur ce qu’il tra­verse mais je sais que gé­rer la no­to­rié­té peut être com­pli­qué. Pas­ser des ex­trêmes sol­li­ci­ta­tions à une so­li­tude ex­trême… Être sans cesse scru­té… Comme di­rait Joey Starr : « On peut faire des conne­ries, il faut juste que ça ne se re­trouve pas dans les jour­naux ! » (sou­rire). Après, les ac­teurs ne sont que des êtres hu­mains comme les autres...

Même Jeanne Mo­reau ?

Si j’avais un sou­ve­nir, ce se­rait ce­lui de sa main dans ma nuque qui me se­coue la tête en me di­sant «Je suis ta ma­man chat !» sur le tour­nage de Li­sa. Elle aus­si, était dans la trans­mis­sion.

Sa­ga­more Sté­ve­nin a quit­té la sé­rie Fal­co pour ten­ter de nou­velles aven­tures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.