«Il­faut ré­in­tro­duire l’homme dans la fo­rêt »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour - N. SA.

C’est un homme en­thou­siaste qui ac­cueille les pas­sants dans son pe­tit mu­sée du liège à La Garde-Frei­net. Hen­ri La­til dé­plore l’aban­don de la pro­duc­tion de la châ­taigne au vil­lage, qui a pour­tant fait sa ré­pu­ta­tion au­tre­fois.

Ce n’est pas cet au­tomne que les ama­teurs vont se ré­ga­ler de châ­taignes : il n’y en au­ra pas beau­coup. La faute à une an­née de sé­che­resse. Les bogues qui au­ront réus­si à se dé­ve­lop­per, ac­cou­che­ront de pe­tits fruits. À La Garde-Frei­net, au­tre­fois ca­pi­tale de la châ­taigne avec quelque 700 ha ex­ploi­tés, ce­la ne chan­ge­ra pas grand-chose. « Au­jourd’hui, il n’y a plus de châ­tai­gne­raies, il y a seule­ment quatre ou cinq per­sonnes qui ra­massent en­core les châ­taignes », constate le spé­cia­liste gar­dois et an­cien cas­ta­néi­cul­teur, Hen­ri La­til. «Il y a les arbres, mais pas de pro­duc­teurs », Pour­tant, les deux der­niers di­manches de ce mois d’oc­tobre, il y au­ra bien la tra­di­tion­nelle fête de la châ­taigne. « Pour moi, c’est du folk­lore mais je ne veux pas cri­ti­quer. Je suis juste triste, car on n’a plus de châ­taignes à pro­duire sur le pays. On n’a pas -- su ou pu -- pré­ser­ver le pa­tri­moine ». L’his­toire, cette his­toire qui est aus­si la sienne, il la connaît pas coeur. La cueillette à son apo­gée dans les an­nées 50, le dé­clin des an­nées 70-80 en même que le re­cul de la ru­ra­li­té.

Re­plan­ter des châ­tai­gniers

« Il faut tout re­prendre à zé­ro et re­plan­ter » sou­tient ce­lui qui se sou­vient que La Garde-Frei­net fut ‘‘LA’’ ca­pi­tale fran­çaise de la Châ­taigne. Plus main­te­nant. « Quand je suis al­lé dans l’Ar­dèche -- autre pays de la châ­taigne --, ils connais­saient Col­lo­brières », mais pas son vil­lage, ra­conte-t-il avec re­gret. Mais le presque oc­to­gé­naire n’est pas du genre à re­gret­ter long­temps. « Il faut avan­cer », « chan­ger », « al­ler de l’avant », ré­pète-til comme des slo­gans de cam­pagne. Et pour ce­la, l’an­cien pré­sident de la co­opé­ra­tive du vil­lage, très vo­lu­bile et in­ta­ris­sable sur la fo­rêt, noir­cit des ca­hiers en­tiers où il livre ses pen­sées, « moi, je ne peux don­ner que des idées ». Le dé­cor est plan­té. Le constat est po­sé, ne manque « plus que les bonnes vo­lon­tés » de jeunes prêts à re­prendre le flam­beau. « Bien sûr, ils ne de­vien­dront pas mil­liar­daires, mais ils au­ront du sou­tien », ex­plique ce Gar­dois qui eut plu­sieurs mé­tiers en même temps. « Il faut y croire. Ici, il y a une ru­ra­li­té qui est aban­don­née ». Il voit dans la pro­duc­tion de châ­taignes et l’en­tre­tien de la fo­rêt, un avan­tage in­dé­niable pour les col­lec­ti­vi­tés, « un pare-feu na­tu­rel ». Et une nou­velle aven­ture agri­cole : « J’ai un pe­tit es­poir » dit-il en évo­quant le goût re­trou­vé pour une ali­men­ta­tion saine, ce­lui des bonnes choses. « Il y a un dé­bou­ché, sur­tout qu’au­jourd’hui, on a le tou­risme avec une clien­tèle qui est friande des mar­rons gla­cés, de nos spé­cia­li­tés ».

Vivre de la fo­rêt

L’an­cien conseiller mu­ni­ci­pal le mar­tèle : « on peut en­core vivre de la fo­rêt », tis­sant un pa­ral­lèle avec le dé­clin de la pro­duc­tion lo­cale dans les an­nées 80. « On peut créer des em­plois non dé­lo­ca­li­sables, avec de l’éner­gie re­cy­clable. Il faut une réelle po­li­tique de la fo­rêt ». Dans son pe­tit mu­sée du liège qu’il étoffe de­puis trois ans, Hen­ri La­til re­çoit les vi­si­teurs comme à la mai­son. Au mi­lieu des ou­tils rus­tiques de l’époque pour le tra­vail en fo­rêt, il en pro­fite pour glis­ser ses idées : « ima­gi­nez donc, avec les mé­thodes mo­dernes comme ce se­rait plus simple. On a aban­don­né... Les vieux d’avant, ils nous di­raient mais vous êtes fous ! Il faut de bonnes vo­lon­tés, in­siste-t-il, avec à la clé, « une belle vie au grand air ! » Rue des Aires jus­te­ment, dans son ga­rage-mu­sée, Hen­ri La­til ne manque pas de souffle : « Dans la fo­rêt, il faut ré­in­tro­duire l’homme. »

(Ph. N. S.)

Hen­ri La­til tient sa­lon, dans son ga­rage-mu­sée du liège, rue de l’Aire à La Garde-Frei­net.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.