Yoann Lau­ri­to: «La mé­téo c’est pas du vent»

Le jeune créa­teur du site Mé­téo va­roise re­vient s’ins­tal­ler sur ses terres du centre Var après avoir vé­cu à La Crau. Il y gère une sta­tion mé­téo­ro­lo­gique per­fec­tion­née et col­la­bore avec de nom­breuses en­tre­prises

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Brignoles -

Voi­là dé­jà de nom­breuses an­nées qu’il s’est fait un nom dans le mi­lieu de la mé­téo­ro­lo­gie va­roise. Pour­tant, Yo­han Lau­ri­to n’est âgé que de 21 ans au­jourd’hui. Et ça ne l’em­pêche pas de tra­vailler dé­jà avec plu­sieurs mu­ni­ci­pa­li­tés et de nom­breuses en­tre­prises. Le na­tif de Bri­gnoles a pas­sé sa jeu­nesse et son ado­les­cence à La Crau, où il exer­çait la pro­fes­sion de bou­lan­ger, et se ré­ins­talle ac­tuel­le­ment sur ses terres, en centre Var. Ren­contre avec le créa­teur du site Mé­téo va­roise (1).

Comment un jeune bou­lan­ger de­vient-il une ré­fé­rence en ma­tière mé­téo­ro­lo­gique ?

C’est vrai­ment ma pas­sion ! Mais, au dé­part, ça n’a pas été évident de convaincre mes pa­rents de me lais­ser ten­ter ma chance : ga­gner ma vie en exer­çant ma pas­sion alors que j’avais un CDI en poche. Mais on a conclu un deal : ils m’ont lais­sé six mois pour ten­ter l’ex­pé­rience.

Et le vent a souf­flé du bon cô­té ?

Tout est al­lé très vite. J’ai créé le site Mé­téo va­roise qui a ra­pi­de­ment connu le suc­cès. D’au­tant que j’avais pré­vu ce qui al­lait se pas­ser sur les sec­teurs de Hyères et La Londe en jan­vier . Les grandse inon­da­tions.

Ce tra­vail vous a ou­vert des portes ?

C’est jus­te­ment à La Londe que j’ai si­gné mon pre­mier contrat pro­fes­sion­nel. J’ai ins­tal­lé trois sta­tions mé­téo sur la com­mune pour tra­vailler à la ges­tion des crues.

Vous avez d’autres com­munes pour clients ?

Je tra­vaille éga­le­ment avec celle de La Crau, mais j’ai sur­tout des contrats avec plu­sieurs en­tre­prises vi­ti­coles, comme à La Londe, La Crau, Pu­getVille, Cor­rens et Ro­que­brune. J’ai ain­si ap­pris à tra­vailler plus pré­ci­sé­ment sur les ma­la­dies de la vigne.

Et les par­ti­cu­liers ?

Ce sont évi­dem­ment mes clients les plus nom­breux. Qu’ils soient com­mer­çants ou en re­la­tion avec une ac­ti­vi­té ex­té­rieure. Je suis en me­sure d’ins­tal­ler des sta­tions mé­téo et, bien en­ten­du, d’en as­su­rer l’en­tre­tien. Je m’adapte à la de­mande, avec un avan­tage cer­tain : je suis ori­gi­naire du Var et j’en connais donc par­fai­te­ment les ca­rac­té­ris­tiques. Ce qui me per­met d’af­fi­ner mes pré­vi­sions... même si je dois faire quelque   km par an !

Vous avez ins­tal­lé une sta­tion com­plète sur votre ter­rain à Bri­gnoles. Quel est votre équi­pe­ment ?

Dans mon parc à ins­tru­ments mé­téo­ro­lo­giques, j’ai ins­tal­lé quatre plu­vio­mètres, quatre abris de tem­pête, deux ané­mo­mètres et des cap­teurs so­laires. Il y a éga­le­ment un grê­li­mètre, qui me­sure le dia­mètre de la grêle, et une ni­vôse, qui me­sure la hau­teur de la neige. Tous ces in­tru­ments me sont né­ces­saires, car la mé­téo, c’est pas du vent. Tout est in­for­ma­ti­sé et ces ins­tru­ments sont re­liés à deux consoles de lec­ture. Et c’est à par­tir de tous ces re­le­vés que je tra­vaille, au quo­ti­dien, mes ana­lyses.

Même sa voi­ture est équi­pée de cap­teurs : Yo­han Lau­ri­to est tou­jours en ac­tion.

Un des quatre plu­vio­mètres ins­tal­lés dans sa sta­tion bri­gno­laise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.