In­for­ma­tions pra­tiques

Vertical (French) - - Découverte -

Ac­cès

La val­lée prin­ci­pale est celle de Shuang­qio, pa­ral­lèle à la val­lée des Four Sis­ters où se trouve le Si­gu­niang. De nom­breuses val­lées la­té­rales sont is­sues de ces deux axes prin­ci­paux. Toutes offrent des som­mets gra­ni­tiques in­té­res­sants. Pour se rendre à Shuang­qio, il faut prendre un bus lo­cal de­puis la gare rou­tière de Cheng­du, ou or­ga­ni­ser une voi­ture-taxi qui coûte en­vi­ron cinq fois plus cher… Il est in­té­res­sant d’or­ga­ni­ser ce taxi avant l’ar­ri­vée à Cheng­du, ou avec l’aide de grim­peurs lo­caux, car les prix sur place sont beau­coup plus éle­vés.

Vi­sa et per­mis

Le vi­sa est obli­ga­toire pour tout voyage en Chine. Pour un sé­jour de moins d’un mois, il est dé­li­vré fa­ci­le­ment. Au-de­là, l’ob­ten­tion est un peu plus aléa­toire, mais tout à fait en­vi­sa­geable. Of­fi­ciel­le­ment, l’as­cen­sion d’un som­met dans le mas­sif du Si­gu­niang né­ces­site un per­mis. Il faut payer pour le som­met, et pour l’ac­com­pa­gne­ment par un of­fi­cier de liai­son. En re­vanche, l’au­to­ri­sa­tion pour le trek­king se règle di­rec­te­ment à l’en­trée du parc, si­tuée au dé­but de la val­lée de Shuang­qio.

Hé­ber­ge­ment et nour­ri­ture

À Cheng­du, le MixHos­tel est une très bonne adresse. Il est pré­fé­rable de faire le gros des pro­vi­sions à Cheng­du (où l’on trouve de grandes en­seignes type Car­re­four), sauf si on raf­fole des cham­pi­gnons et de la viande sé­chée aigre-douce. Ri­long, qui des­sert les val­lées du Si­gu­niang, pro­pose plu­sieurs guesthouses, dont IcedRo­ckedGuestHouse. Le pro­prié­taire s’ap­pelle Tam­way et parle très bien an­glais, ce qui est rare et pra­tique ! À Ri­long, on trouve quelques pe­tites su­pé­rettes (dont un fa­bri­cant ar­ti­sa­nal de pâtes de riz), des res­tau­rants… Ri­long offre un peu plus de confort que les hé­ber­ge­ments dans les val­lées, mais chaque en­trée dans le parc est payante et né­ces­site de gé­rer des au­to­ri­sa­tions ad­mi­nis­tra­tives. Dans la val­lée de Shuang­qio, il y a plu­sieurs fa­mi­ly guesthouses (l’équi­valent d’un hé­ber­ge­ment chez l’ha­bi­tant avec nui­tées + re­pas ma­tin-mi­di-soir se­lon les be­soins). Nous re­com­man­dons celle de Su­ji, les FourCo­lorsMoun­tains. Su­ji s’adapte aux de­mandes des grim­peurs et même s’il ne parle pas un mot d’an­glais, il est com­mu­ni­ca­tif et ar­ran­geant pour tout ce qui re­lève de l’ad­mi­nis­tra­tion du parc. At­ten­tion, lors des va­cances chi­noises dé­but oc­tobre, les hé­ber­ge­ments sont pris d’as­saut. Ré­ser­va­tions in­utiles le reste du temps.

Dé­pla­ce­ment

À l’in­té­rieur de la val­lée, il y a un ser­vice ré­gu­lier de pe­tits bus tou­ris­tiques. Pour les tra­jets né­ces­si­tant un ho­raire pré­cis, on peut prendre des voi­tures-taxi (à or­ga­ni­ser avec Su­ji, pré­voir un pe­tit lo­gi­ciel de tra­duc­tion sur votre smart­phone), à prix fixe (100 yuans) quel que soit le tra­jet.

La pai­sible vie pas­to­rale de la val­lée de Shuang­qio.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.