AI­GUILLE DE ROC (3406 m) — Pe­dro Po­lar

ED- / 6b (6a+) / 350 m Ou­vert les 19 et 20 juillet 1984 par Mi­chel Piola et Pierre-Alain Stei­ner

Vertical (French) - - Summer Vibes Voies Piola -

Le re­fuge de l’En­vers des Ai­guilles est un in­croyable camp de base pour les ama­teurs de trad gra­ni­tique. Idéa­le­ment si­tué, il per­met de rayon­ner sur une grande quan­ti­té de faces, orien­tées prin­ci­pa­le­ment au sud-est. Et c’est sans par­ler de son ac­cueil una­ni­me­ment cé­lé­bré. Par­mi les in­nom­brables voies de l’En­vers, Pe­dro Po­lar fait par­tie des plus ré­pu­tées. Ce­ci grâce à deux in­gré­dients : une ap­proche de l’ordre du quart d’heure, et de très belles en­vo­lées en fis­sure. Il s’agit d’une voie sou­te­nue dont le 6b n’est pas à sous-es­ti­mer.

PRA­TIQUE

De­puis le re­fuge de l’En­vers des Ai­guilles, on gagne le pe­tit gla­cier de Tré­la­porte, que l’on re­monte jus­qu’au pied de la « Py­ra­mide », un pi­lier ca­rac­té­ris­tique sur les flancs de l’Ai­guille de Roc. Après une lon­gueur d’échauf­fe­ment dans le V, il n’y a presque que du VI jus­qu’en haut. La clef de la voie se joue dans L4, une fis­sure à doigts pas évi­dente. Les lon­gueurs ne sont pas très longues, et une fois en haut de L9, mar­quant la fin de la voie, on peut conti­nuer par six lon­gueurs de 5c/6a jus­qu’au tri­angle som­mi­tal. La des­cente s’ef­fec­tue en rap­pel dans la voie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.