LE ZINC

Vie Pratique Feminin - - DOSSIER -

Cet oli­go­élé­ment mé­tal­lique est le deuxième plus abon­dant dans le corps après le fer. Mais contrai­re­ment à ce der­nier, il doit être ap­por­té quo­ti­dien­ne­ment à l’or­ga­nisme, qui ne sait pas le sto­cker. Il in­ter­vient dans de nom­breuses fonc­tions phy­sio­lo­giques, ce qui ex­plique que les symp­tômes de ca­rence soient très va­riés : fa­tigue, pro­blèmes de peau, in­fec­tions, perte de che­veux, di­mi­nu­tion de l’ap­pé­tit… Il sem­ble­rait qu’au moins un tiers de la po­pu­la­tion mon­diale soit ca­ren­cée en zinc ! C’est prin­ci­pa­le­ment pour ses ef­fets sur la peau, et no­tam­ment sur l’ac­né, que la cure de zinc est ré­pu­tée. Mais elle peut aus­si être pré­co­ni­sée pour lut­ter contre la chute de che­veux sai­son­nière ou pen­dant la gros­sesse (le zinc in­ter­vient dans la crois­sance du foe­tus). On la re­com­mande par­fois aux hommes ayant des pro­blèmes de fer­ti­li­té, dus à une faible mo­bi­li­té des sper­ma­to­zoïdes.

En cas de trai­te­ment an­ti­bio­tique, une sup­plé­men­ta­tion en zinc peut en em­pê­cher la bonne ab­sorp­tion et donc ré­duire l’ef­fi­ca­ci­té du trai­te­ment. Pour évi­ter ce type d’in­ter­ac­tion, veillez à prendre le zinc au moins une heure après ou avant les an­ti­bio­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.