AP­PRE­NEZ À BIEN LIRE LES ÉTI­QUETTES !

Vie Pratique Feminin - - DÉPOLLUER SON INTÉRIEUR / DOSSIER -

Se­lon les do­maines, la ré­gle­men­ta­tion des éti­que­tages et de la com­mer­cia­li­sa­tion des huiles es­sen­tielles change. Ain­si, pour une même HE, vous pou­vez avoir dif­fé­rentes ma­nières de com­mu­ni­quer sur cette der­nière par le biais de l’éti­quette. Par exemple, une HE en­re­gis­trée en tant qu’arôme ali­men­taire pour­ra ob­te­nir le la­bel fran­çais agri­cul­ture bio­lo­gique (AB) ou l’eu­ro­feuille (le la­bel eu­ro­péen). En re­vanche, la même huile es­sen­tielle, en­re­gis­trée en tant que par­fum d’am­biance au­ra un éti­que­tage digne d’un pro­duit chi­mique, avec des pic­to­grammes qui peuvent ef­frayer. Le but est de créer une mise en garde pour ga­ran­tir la san­té du consom­ma­teur, certes, mais ce­la est par­fois à l’ori­gine d’une cer­taine confu­sion qui déso­riente l’ache­teur.

La meilleure des choses à faire : informez-vous au­près d’un phy­to­thé­ra­peute ou d’un aro­ma­thé­ra­peuthe cer­ti­fié. En­fin, sa­chez que quinze huiles es­sen­tielles entrent dans le mo­no­pole phar­ma­ceu­tique en rai­son de leurs pro­prié­tés neu­ro­toxiques, ir­ri­tantes, pho­to­toxiques – qui ré­agit à la lu­mière en émet­tant des sub­stances toxiques ou al­ler­gi­santes –, ou même can­cé­ri­gènes et psy­cho­tropes (lau­rier des Iro­quois).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.