Églan­tine Éméyé

« Ma spé­cia­li­té cu­li­naire, la mousse au cho­co­lat »

Vie Pratique Gourmand - - SOMMAIRE - Par Ni­cole Réal

De­puis le 3 no­vembre, Églan­tine Éméyé anime « Qui pren­dra la suite ? », une nou­velle émis­sion dif­fu­sée sur France 3 dans la­quelle six ar­ti­sans cherchent des sta­giaires pour leur trans­mettre leur sa­voir-faire.

Ai­mez-vous cui­si­ner ?

Quand j’étais jeune, c’était pour moi une vraie cor­vée. J’ai com­men­cé à m’y in­té­res­ser lorsque je suis de­ve­nue ma­man. Avec mon fils aî­né, nous avons pra­ti­que­ment ap­pris à cui­si­ner en­semble. Au­jourd’hui, nous éprou­vons un grand plaisir à dé­cou­vrir chaque semaine le conte­nu du pa­nier de l’AMAP et à cher­cher des re­cettes.

Que faites-vous pour conser­ver votre ligne man­ne­quin ?

Je suis obli­gée de faire très at­ten­tion à mon ali­men­ta­tion car j’ai un bon coup de four­chette ! Je fais du sport et, après une pé­riode où j’ai trop mangé, je me mets à la diète.

Quel sport pra­ti­quez-vous ré­gu­liè­re­ment ?

Pen­dant des an­nées, j’ai fait de la danse clas­sique. Au­jourd’hui, j’al­terne danse, yo­ga et mus­cu­la­tion. De­puis trois ans, sur mon agen­da, je ré­serve un cré­neau ho­raire comme pour un ren­dez-vous pro­fes­sion­nel. Je m’y oblige car j’es­time que pour ma san­té, il est fon­da­men­tal que je pra­tique un sport au moins deux fois par semaine.

Comment conci­liez-vous san­té et ali­men­ta­tion ?

J’ac­corde de plus en plus d’at­ten­tion à la qua­li­té des pro­duits que je consomme. De­puis dix ans que j’adhère à une AMAP, je ne mange que des fruits et lé­gumes de sai­son culti­vés par de pe­tits pro­duc­teurs.

Faites-vous un me­nu spé­cial pour vos en­fants ?

Non, nous man­geons la même chose, et ja­mais de viande ou de pois­son le soir. Mon autre fils vit mal­heu­reu­se­ment en mi­lieu hos­pi­ta­lier (Sa­my, 10 ans, est au­tiste et po­ly­han­di­ca­pé, ndlr).

Con­sa­crez-vous du temps à la pré­pa­ra­tion des Fêtes de fin d’an­née ?

Oui, c’est pri­mor­dial. Je suis is­sue d’une grande fa­mille. Chaque an­née, nous sommes au mi­ni­mum 25 per­sonnes au­tour de la table. Deux mois à l’avance, nous com­men­çons à or­ga­ni­ser tous en­semble le ré­veillon de Noël. Nous nous ré­par­tis­sons les tâches et cha­cun donne ses idées pour com­po­ser le me­nu et éla­bo­rer la dé­co. C’est beau­coup de tra­vail, mais ce dî­ner de Fêtes est un grand bon­heur.

Quel genre d’ob­jets ai­mez-vous chi­ner pour les Fêtes ?

Je fouine tou­jours au­tour de la belle ar­gen­te­rie qui, sur une table de Noël, fait tou­jours de l’ef­fet. J’en pro­fite aus­si pour dé­ni­cher des ca­deaux.

Quel plat est in­dis­pen­sable sur votre table de Noël ?

Je ne raf­fole pas du foie gras, je pré­fère les fruits de mer. Ayant eu la chance de gran­dir en Gua­de­loupe, en Nou­velle-Ca­lé­do­nie et un peu en Afrique, dé­gus­ter de la lan­gouste à Noël, c’est pour moi le rêve ab­so­lu !

Quel me­nu de Noël vous fait en­core sa­li­ver au­jourd’hui ?

Une an­née, un de mes beaux-frères nous a mi­ton­né un san­glier, c’était ab­so­lu­ment di­vin !

Avez-vous une spé­cia­li­té ?

La mousse au cho­co­lat. Avec mes amis et leurs en­fants, nous or­ga­ni­sons ré­gu­liè­re­ment des concours… que je rem­porte à tous les coups !

Avez-vous un secret pour cui­si­ner la meilleure mousse au cho­co­lat ?

Oui, mais comme c’est un secret, je le garde pour moi (rires) !

L’ani­ma­trice a été, cette an­née, la mar­raine de la Jour­née na­tio­nale des ai­dants (ceux qui ont un proche ma­lade).

AURELIENFAIDY_FRANCE3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.