Notre in­vi­tée Lua­na Bel­mon­do

« J’aime pas­ser des jour­nées en­tières à cui­si­ner »

Vie Pratique Gourmand - - SOMMAIRE - Par Ni­cole Réal

Après France 5, c’est dé­sor­mais sur la chaîne My cui­sine que Lua­na Bel­mon­do donne ré­gu­liè­re­ment ren­dez-vous. Dans l’émis­sion « Lua­na cui­sine », la jo­lie Ita­lienne vous pro­pose des re­cettes au goût in­imi­table.

Com­ment êtes-vous de­ve­nue une ex­cel­lente cui­si­nière ?

J’ai gran­di dans une fa­mille où bien man­ger tous les jours était très im­por­tant. Dans mon en­tou­rage, toutes les femmes cui­si­naient. Les ob­ser­ver a été un bon ap­pren­tis­sage pour re­te­nir les bases.

Res­sen­tez-vous un vrai plai­sir à cui­si­ner ?

J’aime y pas­ser des jour­nées en­tières. Mon pre­mier plai­sir est de choi­sir les pro­duits avant de les pré­pa­rer pour les gens que j’aime, que ce soit ma fa­mille, mes amis ou le pu­blic qui re­garde mes émis­sions. Par­ta­ger mes plats avec les autres est un vrai bon­heur.

Quel est votre plat pré­fé­ré ?

J’adore tous les plats en sauce, en par­ti­cu­lier l’os­so bu­co ac­com­pa­gné d’une po­len­ta pré­pa­rée en sui­vant la re­cette de ma ma­man.

Quel est l’in­gré­dient qui re­pré­sente le mieux la cui­sine ita­lienne ?

L’huile d’olive (rire) ! On en met par­tout, jus­qu’aux frites qui sont cuites de­dans. Il y a aus­si le par­me­san, dont on sau­poudre les pâtes mais aus­si le pois­son ou la viande.

En de­hors de la cui­sine ita­lienne, sa­vez-vous pré­pa­rer des plats ve­nus d’ailleurs ?

La France étant mon pays d’adop­tion et comme j’y ha­bite de­puis 28 ans, j’ai eu le temps de m’ini­tier aux plats tra­di­tion­nels. J’aime aus­si beau­coup la cui­sine asia­tique, en par­ti­cu­lier ja­po­naise, mais pas les su­shis, car ils ont été tel­le­ment vul­ga­ri­sés qu’ils en sont de­ve­nus in­si­pides.

Quel est le pre­mier plat fran­çais que vous avez ap­pris à cui­si­ner, et qui a été votre pro­fes­seur ?

Ma voi­sine, une vieille dame très âgée, m’a ap­pris à cui­si­ner la blan­quette de veau. Cette dame vi­vait seule et, chaque fois que j’al­lais faire des courses, je lui de­man­dais sa liste. Elle m’a mon­tré deux re­cettes : la blan­quette et la daube à la pro­ven­çale.

Est-il plus com­pli­qué de cui­si­ner fran­çais qu’ita­lien ?

Non, dans la cui­sine tra­di­tion­nelle, pas du tout. Même si l’on n’uti­lise pas les mêmes pro­duits, les deux sont

des cui­sines du ter­roir, au­then­tiques et fa­mi­liales. En re­vanche, la gas­tro­no­mie étoi­lée fran­çaise n’est pas du même ni­veau et, pour une cui­si­nière du quo­ti­dien comme moi, pas aus­si ac­ces­sible.

Le dé­jeu­ner du di­manche est chez vous une tra­di­tion. Que ser­vez-vous à tous vos proches ?

Comme nous sommes nom­breux, pour être tran­quille et pou­voir pro­fi­ter de ma fa­mille, je choi­sis un plat fa­cile à pré­pa­rer, comme un gra­tin de pâtes ac­com­pa­gné d’une grande va­rié­té d’an­ti­pas­ti.

Quel est le plat pré­fé­ré de votre ma­ri, Paul Bel­mon­do, et ce­lui de son père ?

Mon ma­ri reste fi­dèle au plat que je lui avais cui­si­né lorsque nous nous sommes ren­con­trés. À l’époque, mon sa­voir-faire cu­li­naire étant li­mi­té, j’avais com­plè­te­ment im­pro­vi­sé en pré­pa­rant des pâtes agré­men­tées d’une crème de poi­vrons rouges. Mon beau-père, Jean-Paul Bel­mon­do, aime les pâtes avec une sauce pi­quante, comme l’ar­ra­bia­ta. Dans la fa­mille, les pâtes sont in­con­tour­nables.

Ita­lienne de nais­sance, Lua­na Bel­mon­do a ap­pris à maî­tri­ser les clas­siques de la cui­sine fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.