Notre in­vi­tée

Ophé­lie Meu­nier

Vie Pratique Gourmand - - SOMMAIRE - Par Ni­cole Réal

Le 4 no­vembre, M6 fê­tait les 25 ans du ma­ga­zine «Zone in­ter­dite» en dif­fu­sant une en­quête consa­crée au bien-être ani­mal et au ré­gime ve­gan. Pré­sen­ta­trice de l’émis­sion de­puis 2016, Ophé­lie Meu­nier s’est pas­sion­née pour le su­jet. Pour­quoi avez-vous consa­cré votre émis­sion an­ni­ver­saire aux ve­gan?

Cette en­quête sur les ve­gan était es­sen­tielle car la nour­ri­ture, c’est notre quo­ti­dien, il était donc im­por­tant de com­prendre tous les en­jeux qui en­tourent ce su­jet. Au­jourd’hui, je ne suis ni dans la tran­si­tion ni dans une éven­tuelle conver­sion, car j’ai trou­vé mon équi­libre ali­men­taire, mais je suis ra­vie de cette en­quête sur le bien-être ani­mal et les ve­gan car elle nous per­met de mieux ap­pré­hen­der ce qu’il se passe au-de­là de notre as­siette.

Ai­mez-vous man­ger ?

J’adore ça. Comme je suis très gour­mande, j’aime goû­ter à tout sans lé­si­ner sur les quan­ti­tés et je ne m’in­ter­dis au­cun ali­ment. J’ap­pré­cie énor­mé­ment les bons res­tau­rants et la cui­sine gas­tro­no­mique. Vous l’au­rez com­pris, dans la vie, man­ger est un de mes plus grands plai­sirs.

Dans votre vie, vous êtes-vous dé­jà as­treinte à un ré­gime ali­men­taire?

Je ne suis pas spé­cia­le­ment sen­sible aux ré­gimes et je pense que le meilleur est ce­lui avec le­quel on se sent bien. À mon sens, cha­cun doit trou­ver sa fa­çon de s’ap­pro­prier et de consom­mer la nour­ri­ture. En ce qui me concerne, je mange de tout, plu­sieurs fois dans la jour­née mais en pe­tites quan­ti­tés. Je suis à l’écoute de mon corps. Lorsque j’ai faim, je mange et, ar­ri­vée à sa­tié­té, je m’ar­rête. Cette ma­nière de consom­mer, que j’adore, me per­met de me sen­tir phy­si­que­ment bien.

Que pré­fé­rez-vous ?

J’aime beau­coup le pois­son. Mes deux pa­rents sont nor­mands donc je ne ré­siste pas non plus à une bonne pu­rée avec une tonne de beurre. Un re­pas sans fro­mage est de la même fa­çon pra­ti­que­ment im­pos­sible pour moi. J’ai été éle­vée au beurre, à la crème fraîche et au fro­mage… D’ailleurs, pour com­bler un pe­tit creux, je prends plus de plai­sir à dé­gus­ter un bon mor­ceau de com­té bien frui­té plu­tôt qu’une barre cho­co­la­tée.

Quel est le plat nor­mand au­quel vous êtes in­ca­pable de ré­sis­ter ?

La pomme de terre cuite au four avec la peau, cou­pée en deux, ser­vie avec de la ci­bou­lette et de la crème fraîche, me fait sa­li­ver d’avance.

Pen­sez-vous être une bonne cui­si­nière?

Sans me van­ter, je pense que je me dé­fends pas mal. J’adore cui­si­ner, je prends plai­sir à ren­trer un peu plus

tôt chez moi pour pré­pa­rer un bon re­pas avec apé­ro, en­trée, plat, fro­mage et des­sert.

Quel est le plat que vous ne ra­tez ja­mais?

La mousse au cho­co­lat. Rien que d’y pen­ser, j’en ai l’eau à la bouche (rire) !

Dans les mo­ments de dé­prime, êtes-vous du genre à vous re­mon­ter le mo­ral en dé­va­li­sant le fri­go ?

Non, je ne com­pense ja­mais un quel­conque mal-être par la nour­ri­ture. Mais, que je sois de bonne ou de mau­vaise hu­meur, la nour­ri­ture agit tou­jours sur moi de ma­nière po­si­tive.

Lorsque vous êtes par­tie de la mai­son fa­mi­liale, avez-vous chan­gé votre ré­gime ali­men­taire ?

Non, pas vrai­ment, j’ai conti­nué à cui­si­ner les plats que j’ai­mais bien. J’ai même gar­dé le ri­tuel fa­mi­lial qui consis­tait, chaque di­manche après-mi­di, à faire des crêpes. J’ai aus­si dé­cou­vert d’autres pro­duits, comme les cour­gettes, que mon père dé­tes­tait man­ger.

Ophé­lie Meu­nier pré­sente le ma­ga­zine « Zone in­ter­dite », qui consacre le nu­mé­ro de ses 25 ans aux ve­gan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.