QU’Y A-T-IL DANS LE VAC­CIN CONTRE LA GRIPPE ?

Vie Pratique Sante - - SANTÉ -

UNE FOR­MULE RE­VUE TOUS LES ANS L’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS) édite chaque an­née une re­com­man­da­tion sur la com­po­si­tion des vac­cins, en fé­vrier pour l’hé­mi­sphère nord, en juillet pour l’hé­mi­sphère sud. La com­po­si­tion du vac­cin est ajus­tée pour ga­ran­tir son ef­fi­ca­ci­té en fonc­tion des souches vi­rales qui ont cir­cu­lé l’an­née pré­cé­dente et celles les plus sus­cep­tibles de frap­per au cours de l’hiver sui­vant.

COM­MENT EST-IL PRÉ­PA­RÉ ? Les vac­cins grip­paux com­portent donc plu­sieurs souches grip­pales. Plus pré­ci­sé­ment, on com­bine trois souches du vi­rus In­fluen­za (le nom ’ hiver est là et pour s’en convaincre, il suf­fit de se fier au meilleur des in­di­ca­teurs : l’ar­ri­vée de la grippe ! En ef­fet, si se­lon l’Ins­ti­tut pas­teur, « les épi­dé­mies de grippe sai­son­nière sur­viennent entre oc­tobre et avril dans l’hé­mi­sphère nord » , le pic de dif­fu­sion de ce re­dou­table vi­rus se si­tue gé­né­ra­le­ment, entre décembre et fé­vrier dans notre pays. C’est-à-dire dans les se­maines qui viennent ! Pour évi­ter la conta­mi­na­tion, au­cune pré­cau­tion n’offre de ga­ran­ties ab­so­lues. Vous au­rez tou­te­fois de bonnes chances de sor­tir in­demne en adop­tant quelques règles de pré­ven­tion élé­men­taires. sa­vant de la grippe) : deux sous-types A et un sous-type B. Une fois le “vi­rus de l’an­née” dé­ter­mi­né, des en­tre­prises phar­ma­ceu­tiques se chargent de dé­ve­lop­per un vac­cin. À cet ef­fet, une ver­sion af­fai­blie du vi­rus est culti­vée dans des oeufs de poule.

LE VAC­CIN EST-IL TOU­JOURS AUS­SI EF­FI­CACE ? L’ef­fi­ca­ci­té du vac­cin est va­riable se­lon les an­nées et se­lon les souches. D’après l’ins­ti­tut Pas­teur de Lille, ce­lui uti­li­sé du­rant l’hiver 20122013 a of­fert un ex­cellent ni­veau de pro­tec­tion. Les vi­rus en cir­cu­la­tion se sont ré­vé­lés très proches de ceux sé­lec­tion­nés pour créer le vac­cin et l’on n’a pas no­té de mutation vi­rale du­rant l’épi­dé­mie. Pa­ri réus­si donc ! La grippe est une in­fec­tion vi­rale ai­guë qui se pro­page avec une grande fa­ci­li­té entre les per­sonnes, de ma­nière di­recte. Une trans­mis­sion qui a lieu par les voies aé­riennes tout d’abord, avec la pro­jec­tion de gout­te­lettes mi­cro­sco­piques lorsque l’on se trouve à proxi­mi­té im­mé­diate d’un pa­tient in­fec­té qui tousse, éternue ou pos­tillonne. Par le biais des contacts cor­po­rels en­suite. En re­vanche, la conta­mi­na­tion in­di­recte à tra­vers une sur­face ou un ob­jet conta­mi­né comme un verre, une poi­gnée de porte ou une barre de main­tien du mé­tro n’a ja­mais été avé­rée. Face à cette me­nace, il est re­com­man­dé de se la­ver les mains ré­gu­liè­re­ment à l’eau chaude et au sa­von, li­quide si pos­sible, car les mi­crobes ont ten­dance à pro­li­fé­rer sur les blocs de sa­von, ou d’uti­li­ser une so­lu­tion hy­dro­al­coo­lique lorsque l’on n’a pas ac­cès à un la­va­bo. Dans le même ordre d’idées, pen­sez à ne pas por­ter les mains à la bouche, au nez ou aux yeux sans les avoir la­vées au préa­lable. De ma­nière gé­né­rale, au tra­vail ou ailleurs, évi­tez de ser­rer les mains et d’em­bras­ser pour dire bon­jour et au re­voir. Mieux vaut pas­ser pour un ours mal lé­ché que d’at­tra­per la grippe… ou de la trans­mettre à son en­tou­rage ! Au bu­reau comme

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.