MAN­GER POUR CONTRER L'AVAN­CÉE DE LA MA­LA­DIE

Vie Pratique Sante - - SANTÉ -

éné­ra­le­ment as­so­ciée à l’usure du temps, l’ar­throse n’at­tend pas l’âge de la re­traite pour se ma­ni­fes­ter. Cette pa­tho­lo­gie grippe les ar­ti­cu­la­tions. Si, au re­pos, tout va bien, la dou­leur ap­pa­raît quand le corps se met en mou­ve­ment : la hanche ré­siste pen­dant la marche, l’épaule grince lors­qu’on lève le bras, le ge­nou tire quand on monte l’es­ca­lier… Une dou­leur plus ai­guë le soir que le ma­tin, qui peut s’ac­com­pa­gner d’un gon­fle­ment de l’ar­ti­cu­la­tion. Avec le temps, la pa­tho­lo­gie s’ag­grave et l’ar­throse du ge­nou ou de la hanche cause un réel han­di­cap, qui em­pêche de mar­cher nor­ma­le­ment. En cas de doute, con­sul­tez votre mé­de­cin et pro­cé­dez à une ra­dio­gra­phie de la zone dou­lou­reuse. Le car­ti­lage est un tis­su élas­tique que l’on trouve au ni­veau des ar­ti­cu­la­tions, à la jonc­tion entre des os. Il sert prin­ci­pa­le­ment d’amor­tis­seur lors des mou­ve­ments. À par­tir de 35 ans, le car­ti­lage se re­nou­velle moins bien. Il perd en élas­ti­ci­té et com­mence à s’user. L’ar­ti­cu­la­tion n’est alors plus aus­si mo­bile et les dou­leurs ap­pa­raissent, les os frot­tant les uns contre les autres. L’ar­throse peut ap­pa­raître suite à un trau­ma­tisme, comme une frac­ture de la che­ville une en­torse sé­vère du ge­nou, ou en­core si le su­jet sou­met l’or­ga­nisme à de contraintes fortes et ré­pé­tées. Ain­si, il n’est pas rare de diag­nos­ti­quer des at­taques d’ar­throse chez de jeunes spor­tifs : PRÉ­CIEUSES VI­TA­MINES Dif­fé­rentes études montrent que cer­tains ali­ments jouent un ef­fet bé­né­fique sur l’ar­throse. Après des es­sais sur les sou­ris, des cher­cheurs an­glais ont ain­si ré­cem­ment conclu qu’une ali­men­ta­tion riche en sul­fo­ra­phane, un com­po­sant conte­nu no­tam­ment dans les bro­co­lis, ra­len­ti­rait la des­truc­tion du car­ti­lage. Les vi­ta­mines C, D et E, pré­sentes dans de nom­breux ali­ments ou ap­por­tées sous forme de sup­plé­ments, ré­dui­raient l’ap­pa­ri­tion de l’ar­throse. Une autre étude, pu­bliée an­née dans la re­vue mé­di­cale de l’Ame­ri­can Col­le­geof Rhu­ma­to­lo­gy, in­dique que la consom­ma­tion de lait, de­mi-écré­mé ou écré­mé, ra­len­ti­rait la dé­gé­né­res­cence du car­ti­lage du ge­nou chez la femme. l’épaule et le coude chez les lan­ceurs de ja­ve­lot, les doigts chez les ju­do­kas, les genoux chez le gol­feur ou en­core les pieds chez les dan­seurs. D’autres fac­teurs entrent en ligne de compte, no­tam­ment l’obé­si­té dans le cas de l’ar­throse du ge­nou. Main­te­nir son in­dice de masse grais­seuse (IMC) dans les li­mites pré­serve les ar­ti­cu­la­tions et ré­duit les risques d’usure pré­ma­tu­rée du car­ti­lage. Cer­taines pro­fes­sions sont plus su­jettes à cette pa­tho­lo­gie. On pense à des mé­tiers très phy­siques, comme le bâ­ti­ment ou le dé­mé­na­ge­ment, mais aus­si, plus sur­pre­nant, aux mu­si­ciens, les pia­nistes et les vio­lo­nistes souf­frant sou­vent d’ar­throse aux doigts. Dans les pays dé­ve­lop­pés, l’ar­throse est la pre­mière cause de consul­ta­tions après les ma­la­dies car­dio-vas­cu­laires (source : la Re­vue du rhu­ma­tisme). Des études ont mon­tré que l’hé­ré­di­té jouait un rôle pré­pon­dé­rant dans le dé­ve­lop­pe­ment des ar­throses di­gi­tales et des genoux. Par ailleurs, si l’ar­throse est plus fré­quente, c’est parce que l’es­pé­rance de vie s’al­longe et que la po­pu­la­tion vieillit. L’usure des car­ti­lages est un phé­no­mène na­tu­rel qui s’ac­cé­lère avec l’âge. Si la mé­de­cine est ca­pable de sou­la­ger la dou­leur et de frei­ner la dé­té­rio­ra­tion de l’ar­ti­cu­la­tion, l’évo­lu­tion est ir­ré­mé­diable : l’ar­throse ne ré­gresse pas. La zone la plus tou­chée est le ge­nou, sur­tout chez les femmes de plus de 40 ans. Cette

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.