LES TROUBLES QUI EM­PÊCHENT DE BIEN AP­PRENDRE

Vie Pratique Sante - - ENFANTS -

Les dif­fi­cul­tés d’ap­pren­tis­sage ap­pa­raissent par­fois dès la ma­ter­nelle. C’est le cas no­tam­ment si votre en­fant souffre de dys­praxie. « Des troubles de la co­or­di­na­tion mo­trice peuvent être re­pé­rés dès les pre­mières an­nées de ma­ter­nelle, grâce aux ac­ti­vi­tés gra­phiques no­tam­ment. Mais les pro­blèmes se posent vé­ri­ta­ble­ment à l’en­trée au cours pré­pa­ra­toire, ex­plique le doc­teur Ca­ro­line Hu­ron, spé­cia­liste de la dys­praxie et pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Le Car­table fan­tas­tique. Les en­fants dys­praxiques sont conscients de leurs dif­fi­cul­tés et mettent sou­vent en oeu­vredes stra­té­gies d’évi­te­ment qui sont in­ter­pré­tées comme de la mau­vaise vo­lon­té… Ce n’est mal­heu­reu­se­ment pas le cas!», re­grette-t-elle. Se­lon la spé­cia­liste, les en­sei­gnants sont as­sez mal ren­sei­gnés sur la dys­praxie et peu for­més, alors que « ce pro­blème touche entre 2 et 6% des en­fants. Presque au­tant que la dys­lexie, qui est sou­vent mieux connue…»

Il existe des troubles de l’ap­pren­tis­sage qui en­travent les ca­pa­ci­tés des en­fants doués d’une in­tel­li­gence “nor­male”. On es­time que chaque classe ac­cueille en moyenne un ou deux en­fants at­teints d'un trouble spé­ci­fique du lan­gage écrit* (dys­lexie ou dys­or­tho­gra­phie).

LA DYS­LEXIE touche entre 3 et 5 % des en­fants vers l'âge de 10 ans. Il existe plu­sieurs formes de dys­lexie : pro­fondes (blo­cage qua­si com­plet du sys­tème de re­con­nais­sance des mots écrits), de sur­face (les su­jets lisent en­vi­ron un mot sur deux) ou pho­no­lo­giques (les en­fants iden­ti­fient les mots par adres­sage, la lec­ture est donc ap­proxi­ma­tive).

LA DYS­CAL­CU­LIE se tra­duit par un échec dans l’ap­pren­tis­sage des pre­miers élé­ments de cal­cul. Ce trouble se com­bine à des dif­fi­cul­tés d’or­ga­ni­sa­tion spa­tiale.

LA DYS­OR­THO­GRA­PHIE se ca­rac­té­rise par des troubles de l’ap­pren­tis­sage de l’or­tho­graphe. Ce trouble peut être iso­lé ou, le plus sou­vent, est as­so­cié à la dys­lexie.

LA DYS­PRAXIE se ma­ni­feste par une per­tur­ba­tion ma­jeure du sché­ma cor­po­rel et de la re­pré­sen­ta­tion spa­tiale. Elle in­duit une mal­adresse ges­tuelle, un échec d’ap­pren­tis­sage de la lec­ture et du cal­cul, des dif­fi­cul­tés de con­cen­tra­tion et de mé­mo­ri­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.