TARENTINO VS. MAR­TIN

Vintage Guitare - - VINTAGE GUITAR MAGAZINE NEWS -

Les ac­ces­soi­ristes du der­nier film de Quen­tin Tarentino, The Hateful Eight, avaient vi­si­ble­ment l’in­ten­tion de bien faire les choses. Le film se dé­rou­lant juste après la Guerre de Sé­ces­sion, ils se mirent en quête d’une gui­tare d’époque pour une prise mu­si­cale... La gui­tare était uti­li­sée dans une scène lors de la­quelle l’ac­trice Jen­ni­fer Ja­son Leigh chan­tait une chan­son d’époque, avant que son com­pa­gnon, joué par Kurt Rus­sell, très éner­vé, ne sai­sisse la gui­tare et l’ex­plose contre un pi­lier de bois. Mais deux pe­tits pro­blèmes sur­vinrent : la chan­sons choi­sie pour être in­ter­pré­tée lors de la scène, “Jim Jones at Bo­ta­ny Bay”, da­tait de 1907. Un ana­chro­nisme d’au­tant plus im­par­don­nable que l’équipe s’était as­su­rée que la gui­tare choi­sie fût, elle, per­iod cor­rect. Pour va­li­der l’au­then­ti­ci­té de l’ac­tion, Ils avaient dé­ci­dé d’em­prun­ter au­près du mu­sée Mar­tin une gui­tare da­té de 1870, une pe­tite mer­veille dans un état de conser­va­tion re­mar­quable. Kurt Rus­sell pen­sait que la gui­tare four­nie pour sa scène était une co­pie, il ex­plo­sa donc la re­lique avec tant d’ar­deur que les conser­va­teurs du mu­sée la dé­cla­rèrent dé­fi­ni­ti­ve­ment per­due… D’au­tant plus dom­mage que six co­pies avaient été réa­li­sées pour la scène, au cas où cel­le­ci au­rait du être ré­pé­tée… mais l’in­for­ma­tion n’avait vi­si­ble­ment pas cir­cu­lé jus­qu’à Rus­sel. Dick Boak, di­rec­teur du mu­sée et des ar­chives de Mar­tin, très lo­gi­que­ment fu­ri­bard, a dé­cla­ré : « La com­pa­gnie ne prê­te­ra plus au­cune gui­tare pour un film, quel que soit la cir­cons­tance… » Bra­vo Quen­tin !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.