Un été sans mous­tiques à la mai­son

Vivre Bio - - Sommaire -

L'été est bel et bien ins­tal­lé, avec son lot de longues veillées en plein air, dans le bal­con, en ter­rasse, dans le jar­din ou même à l'in­té­rieur avec les fe­nêtres grand ou­vertes. Mais cer­tains in­dé­si­rables vo­lants n'hé­sitent pas à pro­fi­ter de ces ou­ver­tures pour s'in­vi­ter chez vous et se re­paître de votre sang. Nous par­lons, vous l'au­rez de­vi­né, des mous­tiques. Il est néan­moins pos­sible de les com­battre de fa­çon na­tu­relle. L a pré­sence des mous­tiques est em­bê­tante à plus d'un titre : le bruit qu'ils font en pas­sant près de nos oreilles, les pi­qûres qui pro­voquent d'in­ter­mi­nables dé­man­geai­sons, les rou­geurs et plaques qu'ils laissent après avoir pris leur re­pas à tra­vers notre peau et, par­fois, les ré­ac­tions al­ler­giques et in­fec­tions qu'ils nous laissent gen­ti­ment en sou­ve­nir de leur pas­sage. Comment s'en dé­bar­ras­ser ou, du moins, les main­te­nir à dis­tance ? Ou­bliez les in­sec­ti­cides qui, certes, tuent les mous­tiques, mais sont tout aus­si toxiques pour vous et pour l'en­vi­ron­ne­ment. Op­tez plu­tôt pour les so­lu­tions na­tu­relles à base de plantes et de pro­duits in­of­fen­sifs que nous vous dé­taillons ici.

Les plantes et huiles es­sen­tielles qui re­poussent les mous­tiques

Le gé­ra­nium : les mous­tiques dé­testent le gé­ra­nium. Pla­cez-en des bou­quets ou de pe­tites quan­ti­tés dans des pots aux en­droits stra­té­giques de la mai­son et vous tien­drez ces nui­sibles en res­pect.

Le ba­si­lic : même prin­cipe que pour le gé­ra­nium. Le ba­si­lic est tout aus­si désa­gréable pour les mous­tiques. Il suf­fit, là en­core, d'en dis­po­ser dans dif­fé­rents coins de votre lieu de vie pour que la plante fasse son tra­vail.

L'huile es­sen­tielle d'eu­ca­lyp­tus ci­tron­né (eu­ca­lyp­tus ci­trio­do­ra) : cette so­lu­tion an­ti­mous­tique en aro­ma­thé­ra­pie est l'une des plus connues. La plante dont l'HE est ex­traite pos­sède, en ef­fet, une ac­tion ré­pul­sive et an­ti-in­flam­ma­toire, agis­sant donc au­tant à titre pré­ven­tif que cu­ra­tif. Pour ex­ploi­ter ces pro­prié­tés, ver­sez-en une di­zaine de gouttes dans votre dif­fu­seur. Si les mous­tiques ont dé­jà sé­vi sur votre peau, mé­lan­gez quelques gouttes d'huile es­sen­tielle d'eu­ca­lyp­tus ci­tron­né à votre gel douche ha­bi­tuel pour pro­fi­ter d'un sou­la­ge­ment ra­pide et du­rable.

Quelques pré­pa­ra­tions an­ti­mous­tiques à faire chez vous

In­fu­sion d'eu­ca­lyp­tus : faites bouillir, pen­dant 3 quarts d'heure, 1 litre d'eau au­quel vous ajou­te­rez 250 grammes de feuilles d'eu­ca­lyp­tus. Ver­sez le mé­lange – sans at­tendre qu'il re­froi­disse – aux en­droits sus­cep­tibles d'ac­cueillir des mous­tiques et leurs oeufs. Il s'agit gé­né­ra­le­ment des points d'eau stag­nante : cou­pelles, gout­tières, etc.

Amande douce, gé­ra­nium et ba­si­lic pour la peau : il s'agit d'un mé­lange à ap­pli­quer sur la peau pour pré­ve­nir les pi­qûres de mous­tiques. Il se com­pose donc de 100 ml d'huile d'amande douce, de 20 gouttes d'es­sence de ba­si­lic et de 20 gouttes d'es­sence de ba­si­lic.

Gare au mous­tique tigre !

Re­con­nais­sable à ses rayures noires et blanches et sa taille in­fé­rieure à celle des autres va­rié­tés, le mous­tique tigre (Aedes al­bo­pic­tus) est ar­ri­vé de­puis quelques an­nées en France, à la fa­veur no­tam­ment des im­por­ta­tions de mar­chan­dises par­mi les­quelles il a réus­si à se faufiler. Ce qui est pré­oc­cu­pant avec ces pe­tites bes­tioles, c'est qu'elles sont sus­cep­tibles de vé­hi­cu­ler des ma­la­dies telles que le chi­kun­gu­nya, la dengue et le zi­ka. Ras­su­rez-vous, les cas de trans­mis­sions en France mé­tro­po­li­taine sont en­core très rares, mais la po­pu­la­tion crois­sante du mous­tique tigre sous nos cieux in­quiète les au­to­ri­tés sa­ni­taires. En juin der­nier, le mi­nis­tère de la San­té a res­sor­ti un plan de pré­ven­tion ac­com­pa­gné de re­com­man­da­tions à pro­pos des mous­tiques tigres, rap­pe­lant au pas­sage que ce nui­sible s'est dé­ve­lop­pé dans 33 dé­par­te­ments au moins, soit une aug­men­ta­tion de 3 dé­par­te­ments par rap­port à 2016 et un chiffre trois fois su­pé­rieur à ce­lui de 2014. Les au­to­ri­tés in­vitent ain­si les pro­prié­taires, lo­ca­taires, ex­ploi­tants agri­coles, oc­cu­pants de ter­rains et/ou de re­te­nues et éten­dues d'eau (mares, bas­sins, étangs, pièces d'eau, pis­cines, tous points ou ré­ci­pients d'eau stag­nantes, etc.) de faire une dé­cla­ra­tion au­près des ARS ou des pré­fec­tures. Les per­sonnes et or­ga­nismes concer­nés doivent, en outre, se confor­mer aux pres­crip­tions des agents sa­ni­taires et aux ar­rê­tés pré­fec­to­raux et du rè­gle­ment sa­ni­taire dé­par­te­men­tal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.