Gelée royale

toutes les utilisations Miel, gelée royale, pollen, propolis : les pro­duits de la ruche n’ont ja­mais été au­tant à la mode ! Pour­tant, leur uti­li­sa­tion re­monte dé­jà à la Chine An­tique ou, plus tard, au XVIe siècle, lorsque la maî­tresse de Louis XV, Ma­dame

Vivre Bio - - Connectés -

Qu’est-ce que la gelée royale ?

La gelée royale est une sub­stance bien pré­cieuse car elle est pro­duite par les abeilles ou­vrières pour nour­rir non seule­ment les larves d’abeilles mais aus­si -et sur­tout- la reine. Cette sub­stance blan­châtre, qui a une consis­tance gé­la­ti­neuse, a une sa­veur à la fois su­crée et acide. Pour réa­li­ser son im­por­tance sur le plan nu­tri­tif, il faut se pen­cher sur ses com­po­sants : entre 60% et 70% d’eau, 3% et 6% de li­pides, 12% et 15% de protéines, 10% et 16% de sucres, 2% et 3% de vi­ta­mines ain­si que des acides ami­nés. Par­mi les protéines pré­sentes, l’une d’entre elles par­ti­cipe au dé­ve­lop­pe­ment des cel­lules de larves ain­si qu’à la crois­sance de la reine et à sa lon­gé­vi­té.

Les dif­fé­rentes utilisations de la gelée royale

Si des études scien­ti­fiques ont mon­tré que la gelée royale ren­for­çait les ar­tères et avait un cer­tain ef­fet sur les tu­meurs chez les ani­maux, elles res­tent en­core très peu concluantes chez l’homme quant à son ac­tion sur la lon­gé­vi­té et les per­for­mances sexuelles. Ce pro­duit de la ruche n’en reste pas moins bé­né­fique à notre corps puis­qu’il est uti­li­sé pour lut­ter contre une grosse fa­tigue, ren­for­cer notre im­mu­ni­té ou nour­rir nos ongles. La gelée royale peut être consom­mée dès l’âge de 6 ans.. De­puis quelques an­nées, la gelée royale en­va­hit nos phar­ma­cies et pa­ra­phar­ma­cies prin­ci­pa­le­ment sous deux formes : fraîche ou lyo­phi­li­sée sous forme de pi­lules, sa­chets, cap­sules ou am­poules. Si la pre­mière est plus ef­fi­cace, la se­conde est en­vi­ron trois fois plus concen­trée et doit donc être consom­mée dif­fé­rem­ment. Hor­mis ces deux formes, la gelée royale est in­té­grée à la com­pos­tions de sa­vons, gels, masques ou laits pour pu­ri­fier la peau, for­ti­fier les ongles ou cal­mer les ir­ri­ta­tions.

En cure contre la fa­tigue

Pour lut­ter contre la fa­tigue et boos­ter notre or­ga­nisme, la gelée royale est uti­li­sée en cure : entre 100 mg et 250 mg sous forme lyo­phi­li­sée, à consom­mer avant le pe­tit dé­jeu­ner. Une dose com­prise entre 0,5 g et 4 g par jour de gelée royale est re­com­man­dée. Cette cure dure en­vi­ron un mois.

En ren­for­ce­ment im­mu­ni­taire

En hi­ver, notre or­ga­nisme de­vient plus fra­gile aux agres­sions ex­ternes, comme les tem­pé­ra­tures po­laires, le vent et les épi­dé­mies de grippe ou de gas­tro-en­té­rite. Si vous pré­fé­rez les so­lu­tions na­tu­relles aux mé­di­ca­ments, la gelée royale est idéale car elle ren­force l’im­mu­ni­té et re­pousse les agres­sions.

En masque hy­dra­tant

Tout comme le miel, la gelée royale peut être in­té­grée à un masque peel-off dé­jà prêt. D’une part, le masque pu­ri­fie la peau, de l’autre, la gelée royale l’hy­drate et la nour­rit. Pour ce­la, ver­sez 2 ml de gelée royale dans un ré­ci­pient et mé­lan­gez-la avec 90 ml d'eau (tem­pé­ra­ture de la pièce). Ajou­tez en­suite ce mé­lange à votre masque préa­la­ble­ment ver­sé dans un se­cond bol et mé­lan­gez le tout au fouet. Sans at­tendre, ap­pli­quez la pâte ob­te­nue sur le vi­sage -sauf le contour des yeux- et lais­sez po­ser jus­qu’à 10 mn. Ne vous reste plus qu’à dé­col­ler le masque en dou­ceur. Voi­là, votre peau est net­toyée et nour­rie !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.