INS­TANT D’ART

« SU­BO­DORE » , C’EST L E NOM MYSTÉRIEUX CHOI­SI PAR L’ AL­CHI­MISTE- CONTEUSE CHAN­TAL SA­NIER NOUS I NVITANT À UNE EX­PÉ­RIENCE OL­FAC­TIVE SOUS L ES AR­CADES DU PA­LAIS- ROYAL.

Vivre Côté Paris - - Le Sommaire - PAR Mar­tine Duteil

« Su­bo­dore », c’est le nom choi­si par l’al­chi­miste-conteuse Chan­tal Sa­nier in­vi­tant à une ex­pé­rience ol­fac­tive au Pa­lais-Royal.

L’air est il plein ou vide? Peut-on le cap­tu­rer à mains nues? Les ques­tions flottent dans l’air et dans l’es­prit de Chan­tal Sa­nier. Créa­trice de par­fum, elle s’in­té­resse avant tout à la vo­la­ti­li­té d’un mo­ment, à la poé­sie de l’es­pace, cher­chant tou­jours sa plus fi­dèle tra­duc­tion. L’art ol­fac­tif est son mé­dium. En phase avec l’im­per­ma­nence, la flui­di­té, la créa­ti­vi­té, la mou­vance de l’époque, il lui per­met d’éton­nantes connexions. Ses odeurs sont tra­vaillées à par­tir de ma­tières vé­gé­tales, elles-mêmes por­teuses d’in­for­ma­tions « re­liantes ». Dif­fi­cile de dé­fi­nir cette cher­cheuse de sillages et d’ef­fluves tant son es­prit est libre. Il bat de­puis tou­jours la cam­pagne lan­gue­do­cienne, voya­geant d’un mys­tère à l’autre. Iti­né­raire pour le moins sin­gu­lier. Après Sciences Po, une es­cale par la pu­bli­ci­té et la com­mu­ni­ca­tion, elle fonde sa propre agence, tra­vaillant les axes stra­té­giques, la di­rec­tion ar­tis­tique et la créa­tion de par­fum pour de grandes et belles mai­sons. Puis pas­sage à l’acte et ren­dez-vous avec le concret, elle crée «Odeur de Sain­te­té». Elle y re­cons­ti­tue des sou­ve­nirs d’en­fance, ras­semble les fruits de son ima­gi­na­tion à la ma­nière d’un puzzle ol­fac­tif et se rap­proche des ori­gines thé­ra­peu­tiques du par­fum, mais aus­si de ses pou­voirs sur­na­tu­rels. Elle dé­serte les ma­tières syn­thé­tiques pour se concen­trer sur le vé­gé­tal. Ra­cines, ré­sines, baumes an­ciens sont au coeur de ses re­cherches. Les six cents hectares de gar­rigue d’un do­maine près de Mont­pel­lier, lui ouvrent la voie d’as­sem­blage qu’elle éla­bore sur ses terres du Sud mais aus­si dans son ate­lier pa­ri­sien. Bien en­ten­du ses par­fums échappent à toutes idées re­çues et ne s’ap­pri­voisent que par évo­ca­tion in­vi­tant ce qui ne se sait pas, comme les vi­bra­tions, les flux, les fluides… Grâce aux plantes mi­ra­cu­leuses ca­pables de nous re­con­nec­ter avec nos mé­moires an­ciennes, Chan­tal Sa­nier, en as­so­cia­tion avec le Centre des mo­nu­ments na­tio­naux, a con­çu dix sphères de terre cuite illus­trant dix per­son­nages em­blé­ma­tiques du lieu. Elles pren­dront leur place dans la ga­le­rie d’Or­léans et pro­po­se­ront les sillages de Ri­che­lieu, Louis XIV, Anne d’Au­triche, Phi­lippe d’Or­léans, la prin­cesse Pa­la­tine, Mo­lière, le Régent, Ma­de­moi­selle Mon­tan­sier, Ca­mille Des­mou­lins, Phi­lippe Éga­li­té se­ront réunis le temps de cette ins­tal­la­tion. L’idée de «Su­bo­dore»? Se pro­me­ner dans le temps et l’es­pace, res­pi­rer et lais­ser faire l’ima­gi­naire…

CI- CONTRE À l’ini­tia­tive du Centre des mo­nu­ments na­tio­naux, la créa­trice de par­fums, Chan­tal Sa­nier, pro­pose une ins­tal­la­tion dans les ga­le­ries du Pa­lais-Royal. La dé­cou­verte ol­fac­tive « Su­bo­dore » met­tra en pers­pec­tive les évo­ca­tions de dix...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.