La tour Montparnasse entame sa mue et in­vente sa transparence. La Fon­da­tion La­fayette, le pre­mier bâtiment de l’ar­chi­tecte Rem Koolhaas à Pa­ris et une pre­mière ex­po­si­tion.

L A TOUR MONTPARNASSE ENTAME SA PRO­CHAINE MUE. MONOLITHE OPAQUE, ELLE SE DES­SINE TRANSPARENTE, CARESSÉE PAR LES VENTS DU NORD ET DU SUD, ET VÉGÉTALISÉE. DU XXE AU XXIE SIÈCLE.

Vivre Côté Paris - - Le Sommaire - PAR Vir­gi­nie Bertrand

Vou­lue par Georges Pom­pi­dou et An­dré Mal­raux, elle sym­bo­li­sait dans les an­nées 1970 l’avè­ne­ment de la so­cié­té de ser­vices, post-in­dus­trielle, l’élan des Trente Glo­rieuses, la mo­der­ni­té. Pen­dant plus de vingt ans, elle dé­tient le re­cord de la plus haute tour d’Eu­rope, 210 mètres. Son som­met at­tire tou­jours, de « l’homme arai­gnée » Alain Ro­bert au plus de 1 mil­lion de Pa­ri­siens et de tou­ristes se dé­lec­tant d’une des plus belles vues sur Pa­ris, tout en pra­ti­quant la pa­ti­noire en hi­ver, et les tram­po­lines le sur­len­de­main. Mais elle de­meure la plus dé­criée, mal ai­mée de son quar­tier. Hor­mis par… une bande de cinq ar­chi­tectes, tous nés entre 1971 et 1974, donc de la même gé­né­ra­tion qu’elle, lau­réats du concours pour sa mé­ta­mor­phose, lan­cé par les qua­rante pro­prié­taires pri­vés. Pré­fé­ré aux agences les plus connues, le Stu­dio Gang amé­ri­cain ou Rem Kool­hass, ce col­lec­tif de cinq ta­lents as­so­ciés pour l’oc­ca­sion : Frank­lin Az­zi, Fré­dé­ric Char­tier et Pas­cale Da­lix, Ma­thu­rin Har­del et Cy­rille Le Bi­han, va jus­qu’à re­prendre le nom de l’en­ti­té qui l’édi­fia. Ils lui ad­joignent un qua­li­fi­ca­tif, Nou­velle AOM (Nou­velle agence pour l’opé­ra­tion Maine-Montparnasse) pour une nou­velle ver­sion de la tour Montparnasse re­le­vant les dé­fis d’un nou­veau siècle. « Une for­mi­dable ré­com­pense pour ce que nous avons vou­lu pro­po­ser, réus­sir cet équi­libre de gar­der l’ADN de la tour et de la rendre ai­mable, ac­cueillante, dy­na­mique, vi­vante 24 heures sur 24 et pou­vant ac­cueillir jus­qu’à 12 000 per­sonnes par jour. Elle se­ra éga­le­ment exem­plaire sur le plan éner­gé­tique », dé­clare d’une seule voix ce club des cinq. Elle troque sa fa­çade de verre fu­mé – les pan­neaux sont réuti­li­sés ou trans­for­més en mo­bi­lier – pour une double peau bio­cli­ma­tique, al­lège sa sil­houette avec une base élar­gie, ou­verte aux com­merces et un faîte éle­vé de dix-huit mètres des­ti­né à une serre ur­baine. Elle se pare de vé­gé­tal, de bal­cons en jar­din sus­pen­du (le plus haut de Pa­ris). L’as­so­cia­tion convexe et concave, clé de son al­lure, conser­vée, est non seule­ment su­bli­mée par « sa robe cou­leur du temps » mais mute en struc­ture « éo­lienne ». Éner­gie po­si­tive, faible émis­sion de car­bone, mixi­té des usages… ce­la suf­fi­ra-t-il à la faire ai­mer de tous ? Ren­dez-vous dans six ans.

Le fu­tur vi­sage de la tour Montparnasse, ou­verte, transparente et végétalisée. Une tour vertueuse à éner­gie po­si­tive, à faible émis­sion de car­bone, riche d’usages nou­veaux. Les as­so­ciés de l’agence Nou­velle AOM dans l’ate­lier-la­bo­ra­toire au 44e étage. De gauche à droite, Pas­cale Da­lix, Frank­lin Az­zi, Ma­thu­rin Har­del, Cy­rille Le Bi­han et Fré­dé­ric Char­tier. La nou­velle tour of­fri­ra au 14e étage le plus haut jar­din de Pa­ris, une vé­ri­table pro­me­nade sus­pen­due ou­verte au pu­blic. 1. 2. 3.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.