APRÈS BA­BEL, TRADUIRE

Vocable (Espagnol) - - Les Sorties -

« La lan­gue de l’Eu­ro­pe c’est la tra­duc­tion » a écrit Um­ber­to Eco. De la tour de Ba­bel où règ­ne une ap­pa­ren­te con­fu­sion, naît la di­ver­si­té et l’en­jeu de la trans­mis­sion. Cet­te ex­po­si­tion du Mu­cem dé­pas­se le sim­ple fait lin­guis­ti­que pour montrer l’en­jeu po­li­ti­que, ce­lui de la cons­truc­tion d’une ci­to­yen­ne­té à tra­vers l’en­ri­chis­se­ment de la plu­ra­li­té. Ain­si d’Aris­to­te aux al­bums de Tin­tin tra­duits, cet­te ex­po­si­tion s’ar­ti­cu­le au­to­ur de la dé­fi­ni­tion de Ba­bel, des rou­tes de la tra­duc­tion et en­sui­te sur la ca­pa­ci­té à créer un en­tre-deux : un te­rri­toi­re, ce­lui de la tra­duc­tion. Cet­te ban­de-des­si­née adap­te trois con­tes d’amours et de mort d’Ho­ra­cio Qui­ro­ga. La mort, l’au­teur uru­gua­yen l’a tu­to­yée de­puis sa plus ten­dre en­fan­ce et son oeu­vre est mar­quée par « cet­te fa­ci­li­té si­nis­tre à mou­rir ». Les des­sins de Lu­cas Ni­ne (fils du cé­lè­bre Car­los Ni­ne) re­créent un uni­vers fan­tas­ti­que et som­bre, où la mort ap­pa­raît te­lle un fan­tô­me ou une ma­riée qui perd cha­que jour quel­ques gout­tes de sang sur son orei­ller. Cha­que vig­net­te est un ta­bleau à part en­tiè­re.

Newspapers in Spanish

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.