à L’AF­FICHE

VOGUE Hommes International - - GUEST LIST -

JER­RY STAF­FORD

a gran­di à Brom­ley dans le sud de Londres, as­sis­tant de l’in­té­rieur à la vague punk puis new–wave. Il a une ré­vé­la­tion es­thé­tique en voyant Da­vid Bo­wie, che­veux pla­qués en ar­rière, cos­tume noir et blanc, au cours de la tour­née Sta­tion to Sta­tion de 1976 à Wem­bley. L’ar­ro­gance ra­cée et le goût de l’ex­pé­ri­men­ta­tion de la star vont gui­der Jer­ry Staf­ford tout au long de sa car­rière. Il dé­barque à Pa­ris en 1988 et, dès cette époque, il est au cô­té de Til­da Swin­ton, qu’il ha­bille et conseille dans ses choix de col­la­bo­ra­tions. Il fonde l’agence Pre­mière Heure, qui de­vient vite une ré­fé­rence aus­si bien pour ses sty­lismes de mode que pour ses pro­duc­tions de pu­bli­ci­tés ou de clips. Proust, Os­car Wilde, le dan­dysme, le théâtre fran­çais, An­to­nin Ar­taud et Jean Ge­net forment son back­ground cultu­rel. Ré­cem­ment, il a pu en­fin tra­vailler avec son idole Bo­wie pour le clip « The Stars ( Are Out To­night ) ». Pour Vogue Hommes In­ter­na­tio­nal, il a écu­mé le Ke­nya, du parc na­tu­rel de Soy­sam­bu, un haut lieu de la pré­ser­va­tion des ani­maux, jus­qu’à Nai­ro­bi et ren­con­tré les plus grands dé­fen­seurs d’une na­ture sau­vage en pé­ril ( p. 192 ).

PAO­LO RO­VER­SI

est une lé­gende de la pho­to que la ré­dac­tion de Vogue Hommes In­ter­na­tio­nal s’en­thou­siasme d’ac­cueillir dans ses pages ( p. 174 ). Né à Ra­venne, cet ar­tiste dis­cret à la voix de braise est de­ve­nu cé­lèbre au dé­but des an­nées 1980 grâce à sa maî­trise du Po­la­roïd for­mat 20×25, de­ve­nu ins­tan­ta­né­ment sa patte. Noir et blanc dé­li­cat, co­lo­ra­ma sub­til, ab­sence de pro­fon­deur de champ, ses images d’an­tho­lo­gie, em­preintes de poé­sie et de mys­tère, ont été pu­bliées no­tam­ment dans Vogue Ita­lie, ou dans le cadre de cam­pagnes mé­mo­rables pour Yoh­ji Ya­ma­mo­to ou Rei Ka­wa­ku­bo. Il y a quelques an­nées, ce Pa­ri­sien d’adop­tion confiait, « la nos­tal­gie est une ma­la­die très grave que j’ai et dont j’ai du mal à me soi­gner ». On le croit vo­lon­tiers. Elle hante son oeuvre avec la di­men­sion éphé­mère et ma­gique de la beau­té.

MERT ALAS et MAR­CUS PIG­GOTT,

tan­dem star de la pho­to, signent leur pre­mière co­ver sto­ry pour Vogue Hommes In­ter­na­tio­nal ( p. 154 ). Une su­per­pro­duc­tion shoo­tée en stu­dio à Londres, qui ré­vèle dans un dé­cor « pop inferno » le man­ne­quin Fi­lip Hriv­nak dont la car­rière est main­te­nant lan­cée. Col­la­bo­ra­teurs ré­gu­liers de Vogue Pa­ris ( leur couverture en close–up rouge la­qué de Va­nes­sa Pa­ra­dis est un séisme vi­suel ) ou W, au­teurs à suc­cès d’une pluie de cam­pagnes ( Ar­ma­ni, Ver­sace, Guc­ci … ), leur style claque grâce à un blast de cou­leurs, un sens du gra­phisme et de la per­fec­tion d’une ef­fi­ca­ci­té re­dou­table. Ma­don­na, Miley Cyrus, Pe­ne­lope Cruz, les Beck­ham, Kate Moss, La­dy Ga­ga ne jurent que par eux. En 2012, ils ont ain­si réa­li­sé le clip de « Girl Gone Wild » pour Ma­don­na. Ajou­tez à ce­la un sens de l’hu­mour ( et de la fête ) ir­ré­sis­tible, et vous com­pren­drez que

tout le monde se les ar­rache.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.