EAUX TROUBLES

VOGUE Hommes International - - SOMMAIRE - Par THÉO­DO­RA AS­PART Pho­to­graphe GIA­CO­MO VA­LOIS

Six eaux du soir pour fouet­ter le trouble.

DIOR HOMME PAR­FUM

—La nouvelle in­ter­pré­ta­tion, fran­che­ment plus concen­trée et plus in­tense, de la fra­grance culte de Dior. Un cran au–des­sus sur l’échelle du sex–ap­peal … Si le jus ori­gi­nal était dé­jà sen­suel, ce­lui– ci flirte car­ré­ment avec les li­mites de la pro­vo­ca­tion.

Sa part d’ombre ? Un cuir boi­sé presque fu­mé, char­nel et char­nu, qui ré­veille de ma­nière qua­si–in­so­lente l’iris star de la sa­ga Dior Homme.

75 ML, 110,50 €.

MAS­CU­LIN PLU­RIEL, MAI­SON FRAN­CIS KURKD­JIAN

Rien de plus clas­sique ( en­nuyeux ? ) qu’un par­fum pour homme construit au­tour de la fougère. Sauf quand c’est Fran­cis Kurkd­jian qui re­vi­site le genre et fait suf­fi­sam­ment pul­ser cet ac­cord sen­ti et re–sen­ti pour lui re­don­ner du souffle.

Sa part d’ombre ? Une touche de cuir, ain­si qu’une franche dose de bois ( pat­chou­li, vé­ti­ver ) qui lui ap­portent une pro­fon­deur in­tri­gante et une élé­gance très 2014.

70 ML, 110 €.

BLEU DE CHA­NEL EAU DE PAR­FUM

Si l’eau de toi­lette ini­tiale était ins­pi­rée par le « bleu frais de

la nuit qui vient de tom­ber », comme on le dit chez Cha­nel, cette nouvelle ver­sion cor­sée évoque des heures net­te­ment plus tar­dives … Sa part d’ombre ? Des vo­lutes d’ambre, de fève ton­ka et de bois mus­qué, qui font bas­cu­ler la com­po­si­tion, bien fraîche au dé­part, dans une sen­sua­li­té ra­cée.

50 ML, 71 €.

JIM­MY CHOO MAN

Le pre­mier par­fum mas­cu­lin du chaus­seur an­glais, avec touche de croco sur le fla­con, ob­vious­ly. L’es­prit ? Ce­lui de Londres, à mi– che­min entre es­ta­blish­ment ( cf. la struc­ture ol­fac­tive, somme toute clas­sique ) et rock’n’roll ( via des notes qu’on n’at­ten­dait pas ). Sa part d’ombre ? Un pat­chou­li dark, qui contraste avec les agrumes, la la­vande et — plus éton­nant — le me­lon d’eau et les feuilles d’ana­nas. (en ex­clu­si­vi­té chez Se­pho­ra).

50 ML, 55 €

CAR­VEN POUR HOMME

On pour­rait presque se voir dans ce fla­con la­qué, comme dans les der­bies ver­nies dont est chaus­sé l’homme Car­ven, vu par Guillaume Hen­ry. Le chic pa­ri­sien, ça sent quoi ? Pour la mai­son, c’est clair : le frais, le vert et l’épi­cé. Sa part d’ombre ? Un ac­cord de bois sombres, aro­ma­ti­sé à la sauge et à la mus­cade, qui donne du chien à un bou­quet pro­pret de vio­lette et de fleur d’oran­ger.

50 ML, 59 €.

TOM FORD NOIR

C’est un noir sym­bo­lique à l’am­bi­va­lence as­su­mée : à la fois évo­ca­teur de l’élé­gance de l’homme raf­fi­né, en pu­blic, et de sa mys­té­rieuse vo­lup­té, en pri­vé. « Sans doute le par­fum le plus per­son­nel que j’ai créé », a dé­cla­ré Tom Ford … No com­ment.

Sa part d’ombre ? Des notes ani­males ( ben­join, ci­vette, cuir ) et un soup­çon de poivre, coup de chaud an­non­cé sur une rose et un gé­ra­nium bien po­li­cés.

50 ML, 77 €. VH

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.